LE SOLEIL ET LA LUMIERE FROIDE 1/2

Publié le par Aurélia LEDOUX

LE SOLEIL ET LA LUMIERE FROIDE  1/2

La transmission de l’énergie solaire à travers l’espace,

Rayonnement solaire et température des planètes, une équation nouvelle émerge.

Avez-vous déjà entendu parler de la lumière invisible des corps noirs, appelée aussi lumière froide ?

Il s’agit d’un rayonnement bioluminescent, semblable à celui des vers luisants, qui ne produit aucune chaleur.

Ce rayonnement est aussi celui des petits animaux qui peuplent les fonds marins. Il est fort intriguant, et je dirai même fascinant.

Il se trouve que cette propriété de la lumière froide est aussi employée pour déposer des marques invisibles sur la peau, comme lorsqu’on se rend en discothèque par exemple.

Le rayonnement ultraviolet révèle alors ces marques, si l’on sort et que l’on souhaite rentrer de nouveau.

Quel rapport avec le Soleil me direz-vous ?

Il se trouve justement que le Soleil est une énigme. Les chercheurs ne sont toujours pas en mesure d’expliquer la gravitation des planètes autour de ce dernier, et sa formidable émission de champs magnétiques.

Les scientifiques considèrent que le Soleil est une boule de feu gigantesque, laquelle effectivement est au moins 109 fois plus grande que notre Terre, soit 1 392 684 km de diamètre !

La Terre, notre belle Gaïa, ne fait que 12 700 km de diamètre, le volume du Soleil pourrait la contenir 1.3 million de fois !

Cette taille gigantesque et cette chaleur énorme qu’il génère, ne cadrent pas avec l’existence d’intenses champs magnétiques.

En effet, un dépassement de la température de Curie du fer, à savoir environ 700° C, empêche l’existence de champs magnétiques. Donc, si le Soleil était aussi chaud, les planètes ne pourraient être attirées par son champ magnétique.

Cela voudrait-il dire que le Soleil serait un corps … plus froid ?

Une hypothèse farfelue me direz-vous, complètement absurde, et même hérétique que celle du Soleil froid !

C’est ce que je me suis dit, en premier, en lisant cette théorie audacieuse, pour la première fois visible sur le site de Fred Idylle, avec son fameux article « Alice au pays du Soleil froid ».

http://www.artivision.fr/docs/Byrdalice.html

http://www.artivision.fr/docs/Byrdalicesuite.html

Cet article m’a donné bien à penser.

Et pourtant…

Comment sinon les planètes pourraient-elles graviter autour du Soleil ? Comment cette énorme boule de feu de plusieurs millions de degrés, arriverait-elle à générer de si puissants champs magnétiques ? Car pour la science officielle, le soleil fait bien plus de 700 degrés…

Rien que la température de la couronne est estimée à 1 million de Kelvins, alors que sa surface relativement « fraiche », avoisinerait 5800 Kelvins (environ 5527 °C) !

Son cœur aurait lui, une température, de 15 millions de Kelvins !!!

Tout cela pose bien question.

La théorie du Soleil froid répond pourtant à bon nombre d’interrogations des scientifiques. En premier, pourquoi la planète Jupiter émet plus de chaleur qu’elle n’en reçoit ? Ensuite, pourquoi les comètes, notamment Ison, et d’autres, n’ont pas été pulvérisées en s’approchant du Soleil ?

Voici un article qui reprend le passage de cette comète, principalement composée d’eau, passée à 1.17 millions de kilomètres du Soleil, où elle aurait subi une température de 2700 degrés Celsius, d’après le porte parole de la NASA.

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-comete-ison-n-a-apparemment-pas-survecu-a-son-rendez-vous-avec-le-soleil?id=8145053

Pourtant, sur le schéma suivant, à 1 million de kilomètres du soleil, la température serait de 1 million de Kelvins, soit environ un million de degrés C°.

La température subie par Ison serait-elle supérieure ?

LE SOLEIL ET LA LUMIERE FROIDE  1/2

Je ne vois pas ce qui peut survivre à pareille chaleur…même à 2700 degrés.

Pour la science officielle, la chaleur émise par le Soleil chauffe donc la Terre par rayonnement direct, comme un faisceau de projecteur orienté dans la bonne direction. Le rayonnement solaire produit l’illumination diurne et réchauffe les terres par effet de serre, comme sur cette illustration.

LE SOLEIL ET LA LUMIERE FROIDE  1/2

Sans atmosphère, la température que connaitrait la Terre en moyenne, est estimée à -15 °C.

La conséquence logique de cet état de choses, devrait être que les couches supérieures de l’atmosphère terrestre soient beaucoup plus chaudes, notamment la stratosphère, puisqu'on se rapproche du Soleil.

Or, il n’en est rien, les pilotes d’avions de petite taille et les touristes qui montent à bord d’une montgolfière ont intérêt à bien se couvrir !

De même, les alpinistes sont frigorifiés à mesure qu’ils parviennent en altitude, et donc que l’air se raréfie.

Ce sont bien les sommets de la Terre et les pôles qui abritent la glace, là où justement l’atmosphère et les champs magnétiques possèdent des lacunes.

De plus, élément surprenant, dans le vide de l’espace, le froid est glacial. Les cosmonautes doivent être isolés absolument de telles températures. L’espace qui entoure la Terre est proche du zéro absolu.

Si vous avez vu le film Gravity, et même Apollo 13, vous constaterez que du givre se forme sur les hublots des véhicules en orbite. Les cosmonautes qui rencontrent une panne de chauffage, sont contraints de s’enrouler sous des couvertures de survie dans Apollo 13.

Pourquoi donc l’espace est-il si froid, alors que le Soleil chauffe soi-disant la Terre, tel un convecteur à infrarouges ?
L’existence du rayonnement direct du Soleil devrait le faire ressembler à une vraie fournaise !

Partant de ce principe, alors, il ne devrait pas être nécessaire de chauffer les habitacles des Soyouz et des stations spatiales, même chose pour les avions.

On devrait littéralement bouillir en altitude, puisqu’on se rapproche du Soleil !

Or, les avions de ligne, et particulièrement les cockpits, sont chauffés, en plus d’être isolés du froid de bien des manières.

Si l’on prend le cas d’un avion de tourisme qui vole l’été, il fait très froid en altitude. Pourtant l’avion est en métal, avec des vitrages.

Un train corail ou un TGV qui évolue à une vitesse presque identique doit impérativement être climatisé, (surtout en ce moment !).

Donc, à mesure que l’altitude augmente, l’effet du vent augmente lui aussi et le froid s’intensifie. Il semble que le sol absorbe bel et bien la chaleur et la renvoie par effet de serre.

C’est bien que l’importance de l’atmosphère, et plus encore de l’ionosphère, pour réchauffer une planète, est primordiale.

Il existe de même un lien fondamental entre la présence de molécules d’air et la température.

Le quasi-vide spatial de la thermosphère, couche de l’atmosphère terrestre, de 100 à 1280 kilomètres d’altitude, possède une température située entre 300 et 1600°C, pourtant, l’air est si peu dense, que cette température serait glacée pour nous !

Il existe en effet trop peu de molécules d’air pour nous communiquer une telle chaleur, laquelle n’a aucun effet sur les rares voyageurs qu’elle rencontre.

Voilà donc un élément merveilleusement éclairant !

Je vous invite à lire la suite de cet article, disponible ici :

http://une-petite-lumiere-pour-chacun.over-blog.com/2015/07/le-soleil-et-la-lumiere-froide-2-2.html

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

Source sur l'atmosphère terrestre :

http://la.climatologie.free.fr/mesosphere/mesosphere.htm

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article