Les profondeurs du monde (2/3)

Publié le par Aurélia LEDOUX

Les profondeurs du monde (2/3)

Message du Professeur Zolmirel (suite)

 

Lorsque le lendemain il nous fallut reprendre notre route, je vis qu'une assurance nouvelle siégeait en son regard. Après tout, sa famille n'avait jamais veillé à lui inculquer beaucoup de confiance. Il était important que ce sentiment grandisse en lui désormais, surtout en présence d'Erazel, qu'il admirait beaucoup.

 

Le vaisseau, sous la main experte de notre si sage ancienne, décolla avec légèreté, ses réacteurs fraîchement remis à neuf par Zilmis. Une caverne jaune pâle, superbe, aux parois bien régulières s'offrit à notre regard. Très joyeux, je laissais aller ma pensée, songeant à Amoni et aux enfants en cet instant.

 

 

Une pensée joyeuse me répondit aussitôt. Les enfants étaient là et bien là ! Leurs dons télépathiques avaient bien grandi, ils nous offraient une vision plaisante et riche de nombreux détails.

 

Plus que tout, ils nous offraient leur regard d'enfant sur notre monde et cela était merveilleusement enchanteur. Nous ressentions tout ce qui peut constituer la première fois, leurs premiers émois de courageux petits voyageurs.

 

 

 

Nerti et Zilner, ce matin là, étaient revenus sur le grand embarcadère du Haut Institut.

 

Un fier vaisseau argenté se posait lentement, avec une infinie majesté. Que dire de sa voilure superbe, de ses propulseurs parfaitement polis, qui luisaient comme un bijou ?

 

Les enfants sentaient une brise légère venir du sommet des arbres et souffler sur leurs deux visages. Ils se tenaient très précisément sur les balcons du grand embarcadère, là où les étudiants prenaient plaisir à discourir de bon matin.

 

  • Aujourd'hui, nous allons avoir un cours sur les chaufferies, fit le petit Zilner. Le sage Zablinsk va nous parler également de la sondoscopie stellaire, des machines dotées d'intelligence et des stations suborbitales.

  • Cela fait un bien long programme, somme toute très agréable, assura joyeusement Nerti en contemplant les premiers insectes, qui venaient se poser sur la table pour se réchauffer au soleil.

  • Il nous attend dans les soubassements, exposa Zilner. Nous devrions peut-être y aller maintenant. L'élévateur met un peu de temps pour descendre aussi bas.

  • Oui, je l'ai senti, répondit Nerti. Il n'y a pas de doute, tu feras un grand navigateur, dit-il en riant au petit alien surpris. Tes talents de télépathe sont très au dessus.

  • Vraiment ? s'étonna Zilner.

  • Je me demande parfois si tu ne vas pas un peu trop loin. Zablinsk nous a bien exposé que l'écoute stellaire devait se faire avec prudence.

  • Je cherche simplement à contempler de nouvelles sphères, exposa le petit alien avec candeur. Je n'oserai pas m'approcher d'un navire et de son équipage.

 

Les enfants continuèrent à deviser dans l'élévateur qui descendait à vive allure, ils parvinrent aux soubassements, au niveau même où des étagements séculaires de métal bleuté dessinaient la silhouette de l'immense chaufferie. La « machine » attendait ses visiteurs.

 

  • Parliez-vous d'écoute stellaire ? s'amusa une silhouette.

Le sage Zablinsk parut en pleine lumière et les enfants se précipitèrent aussitôt pour l'embrasser.

 

  • Professeur ! Nous ne vous avions pas entendu arriver ! Zilner est vraiment très curieux, il veut découvrir de nouvelles planètes, lança joyeusement Nerti.

  • Je suis juste ravi de leur beauté, de les approcher... par l'esprit, fit humblement le petit alien.

  • C'est assez impressionnant. Normalement, les facultés télépathiques de ce type sont pleinement opérationnelles seulement chez des sujets bien plus âgés, exposa le professeur d'un air songeur. Si tu trouves une nouvelle planète, il convient aussitôt de le signaler aux astronomes.

  • Je serai trop heureux de le faire, exposa Zilner d'un ton ému.

     

Au bout de plusieurs minutes, les neuf enfants de leur petit groupe se trouvèrent réunis devant le professeur. Ils commencèrent à descendre les escaliers, émerveillés de découvrir la machine. Zablinsk déverrouilla plusieurs portes par la voie de l'esprit et les enfants approchèrent du surplomb duquel on pouvait contempler les pompes et les différents pistons amenant l'eau vers les étages.

 

  • Cette machine est très importante, commença Zablinsk. Qui peut me dire pourquoi ?

  • Elle est autogène, répondit aussitôt une petite alien au teint mauve. Elle n'a besoin de pratiquement aucun entretien. C'est elle qui s'occupe de réguler la température, les dispositifs d'aération et qui apporte l'eau aux cuisines et aux bains.

  • Excellent, fit le professeur. Nous avons là une future experte en maintenance hydraulique ! s'amusa-t-il.

 

Chacun rit de joie et la visite se poursuivit. Surexcité, le petit Nerti montra un frêle androïde à Zilner. Le robot était occupé à resserrer le col d'un énorme tuyau avec une clé à piston.

 

Tout près d'eux, des grincements et des grondements retentissaient, avec les bruits produits par des canalisations de plus de deux mètres de diamètre, servant à acheminer l'eau préchauffée aux différents étages, en particulier ceux des cuisines, des bains et des serres.

  • Que nous apprend cette machine ? questionna le sage.

  • Qu'il faut anticiper la fin d'une science, autrement, elle se tarit. La transmission d'un savoir doit s'écouler par delà l'espace comme une rivière sans fin, exposa un autre enfant.

  • Exactement, répondit Zablinsk. C'est pourquoi cette installation a été répliquée à l'identique sur des dizaines de mondes amis. En la recréant un certain nombre de fois, nos experts ont pu en mémoriser parfaitement les plans. Ils transmettent cette connaissance à plusieurs spécialistes. Ici, seulement trois experts connaissent parfaitement la machine. Nous devons veiller à préserver, et surtout à transmettre cette connaissance. Nous pourrions écrire tous les livres les plus inimaginables sur la machine, ils ne remplaceraient pas les travaux pratiques de maintenance, l'anticipation des pannes et la programmation des androïdes en conséquence.

 

Les enfants suivirent le sage jusqu'à une salle bien plus confortable, garnie de consoles et de sièges. Les murs étaient truffés de détecteurs et de plans détaillés de chaque circuit, avec des indications de pression et de température de l'eau. Nerti et Zilner détaillèrent les lieux, les yeux brillants de curiosité. Une porte s'ouvrit et un robot assez grand et large, gris sombre, s'avança dans la pièce. Il était plutôt intimidant, un deuxième robot, plus menu et plus amusant entra à ses côtés.

 

  • Vous reconnaissez tous Timi ? demanda joyeusement le professeur. Voici son cousin Munza 2, ils sont inséparables et nous n'en comprenons pas les raisons. Les affinités entre robots sont assez étranges à déchiffrer, elles semblent proches de celles qui règnent entre les individus, c'est une alchimie subtile. Munza 2 est très grand et il a l'habitude de changer des pièces extrêmement lourdes dans des conditions dangereuses. Timi est bien plus fragile, il n'entre pas dans la zone de confinement, la chaleur serait très dommageable pour lui. Le circuit 8 a été purgé, car il présente une avarie. Les experts nous ont exceptionnellement laissé le soin de programmer les androïdes pour les réparations. Installez-vous donc.

 

Les enfants prirent place devant les consoles, activant un terminal d'ordinateur. Un peu hésitants, Nerti et Zilner encodèrent une séquence d'instructions, traduisible à peu près comme suit, en s'aidant de plusieurs plans.

 

"Démonte tuyau R102, dépose et désassemble bagues de fixation, rapporte pièce endommagée extérieur zone confinée, prend pièce R102 neuve et refixe avec colliers et joints neufs, resserre pièce, teste étanchéité circuit, vérifie fuites, si absence de fuite ressort zone confinée, si fuite, coupe vanne arrivée d'eau."

 

  • Ce n'est pas mal, exposa Zablinsk. C'est Timi qui va s'occuper de la vanne, car toutes les vannes sont à l'extérieur de la zone dangereuse. Mais c'est une bonne séquence.

 

Les enfants regardent avec joie le professeur encoder les commandes sur la console principale. Munza 2 s'approche et tend la main avec un geste saccadé. Son index entre dans la console et un bras électronique se déplie. Il a intégré l'ordre. Les deux robots ne perdent pas de temps, ils sortent de la pièce et par la baie vitrée, on les voit approcher de la zone surchauffée.

 

  • Ils vont vraiment faire tout le travail ? demande le petit Zilner avec candeur.

  • Oui, absolument, ils sont fiers de servir. Timi possède une intelligence proche de celle d'un jeune enfant, Munza 2 est presque totalement dénué d'intelligence et de personnalité, mais il suit le petit Timi comme son ombre. Normalement, les mouvements de Munza 2 sont programmés, mais nous l'avons vu un jour faire quelque chose d'imprévu pour venir en aide à son acolyte, que deux étudiants voulaient attacher à un tuyau pour lui faire une farce. Munza 2 est simplement venu se placer devant son compagnon pour le protéger et les étudiants n'ont rien osé faire.

  • Cela aurait pu être dangereux, fit remarquer une jeune alien.

  • Oui, absolument, le comportement des androïdes peut être imprévisible et nous n'en comprenons pas toujours la cause, c'est pourquoi, un surveillant alien est indispensable, fit sagement le professeur.

  • Que se passe-t-il lorsqu'un androïde devient trop vieux ? demande Nerti.

  • Il est reprogrammé, ou désassemblé, pour reconstruire une autre machine, expose gravement Zablinsk.

  • Vraiment ? Cela est un peu triste, déclare Nerti.

  • Oui, en effet, mais nous devons faire très attention avec les androïdes, mon enfant. La vie des nôtres est plus précieuse que celle de machines, que nous pouvons recréer en nombre incalculable.

 

Les enfants observent par la vitre le grand Munza 2, extraire une canalisation d'environ 200 kilos, puis la remplacer par une neuve. Il rapporte ensuite la pièce poreuse, afin qu'elle soit refondue. Les deux androïdes ont terminé leur ouvrage en fort peu de temps, le tuyau neuf brille derrière le vitrage. Ils émettent quelques bips et rejoignent la salle des machines.

Le petit groupe d'enfants suit le professeur jusqu'à un vaste élévateur vitré. Ils attendent une cabine.

Nerti est d'une curiosité presque intarissable.

 

  • Est-il déjà arrivé, professeur, qu'un androïde devienne très vieux, et ne soit jamais modifié ou reprogrammé ?

  • Oui, c'est arrivé, et cela a mal tourné. Certains androïdes, jalousement gardés par leurs créateurs, sont devenus assez évanescents, assez défaillants. Il est une planète où les experts en sécurité technologique ont du intervenir, pour appréhender un robot fugueur instable. Il n'arrêtait pas de lancer des objets sur tous ceux qui le croisaient. Il y a eu des blessés. D'autres robots sont devenus très illogiques, au lieu d'aspirer le sol, ils se mettaient à poursuivre les gens. Nous avons aussi eu un androïde qui se levait au milieu de la nuit pour jouer de la musique !

 

A cette annonce, le petit groupe d'enfants éclata de rire.

 

  • Il a donc été décidé que chaque androïde devait être régulièrement contrôlé. Ceux présentant un certain nombre de séquençages défectueux, devaient être reprogrammés aussitôt. Quant aux robots trop anciens, ils sont désassemblés, puis restaurés avec le plus grand soin. Ils sont d'ailleurs tout à fait ravis de ce traitement. C'est un peu comme une seconde vie.

  • Pensez-vous qu'un esprit se pose à l'intérieur des robots ? questionna Zilner.

  • Oui, assurément oui. Ils ont chacun leur personnalité, c'est bien pour cela que nous les aimons. Savez-vous que le grand Munza 2 est timide ? C'est une caractéristique amusante chez un robot de cette taille.

 

Le petit groupe d'enfants eut un long rire. Le petit Nerti posa une autre question, précieuses entre toutes.

 

  • Et que pensez-vous des androïdes qui ont été intégralement transmutés en lumière ? Ceux des mondes du Haut Plan ? s'enquit-il avec révérence.

  • Cela est une très grande et noble chose. Des entités très pures, des êtres du cristal les habitent nécessairement. Tout objet, toute forme, aspire un jour à être intégralement transmutée en pure lumière. C'est aussi l'objet de cet enseignement mon cher petit. Il faut aller au delà des apparences et respecter toute vie, toute machine.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article