Les profondeurs du monde (3/3)

Publié le par Aurélia LEDOUX

Les profondeurs du monde (3/3)

Message du Professeur Zolmirel (suite)

 

Les deux premières parties de ce long message sont consultables juste ici :

La cabine arrive et tout le petit groupe y prend place. Elle démarre et s'arrête en peu de temps. Elle s'ouvre pour révéler une pièce extraordinaire. Le sol brille comme un miroir, il est gris bleu, et loin devant, une superbe baie vitrée révèle la cime verdoyante des arbres.

 

Nerti et Zilner se regardent en frémissant, il s'agit de la grande salle des bains. En effet, loin devant eux, se trouve un ensemble de bassins beiges et bleu turquoise, garnis d'une eau à des profondeurs variées. Le petit groupe d'enfants se fige aussitôt sous l'effet d'une peur très vive. Les aliens Denakhs sont par essence terrifiés par l'élément liquide, annonciateur pour eux d'une paralysie, puis d'une mort certaine.

 

  • Venez mes enfants, n'ayez pas peur, cette eau est suffisamment chaude pour les nôtres. Si vous surmontez la peur ancestrale, vous verrez que cela est très agréable. Nous sommes sur la planète parmi les plus liquides de ce quadrant, et il a été décidé que tous les enfants devaient savoir nager.

  • Mais professeur, pourquoi devrions nous apprendre un mouvement, qui nous serait impossible à effectuer ? s'étonne le petit Nerti. L'eau nous paralyserait aussitôt et nous ne pourrions point bouger d'aucune manière. Ce serait la mort si nous venions à tomber en une mare.

  • Nous avons découvert que non, expose Zablinsk. Avec un habit de bain chauffant adapté, vos mouvements seraient non seulement possibles, mais vous permettraient de sortir de ce mauvais pas rapidement. C'est donc le but cet exercice, vous apprendre à aimer l’élément liquide, comme celui qui vous enveloppait alors que vous étiez dans votre œuf. Vous êtes encore des enfants, il n'est donc pas trop tard. Pour l'instant, il faut simplement vous mettre en habit de bain.

 

Les enfants entrent chacun dans une petite cabine pour retirer leurs habits et enfiler un short en tissu spécial qui sèche rapidement. Nerti et Zilner ressortent ensuite, leurs petits pieds minuscules un peu incommodés par la fraîcheur du carrelage. Un peu intimidés, les enfants s'observent d'un œil craintif, certains petits aliens ont un corps rosé, mauve ou bleuté. Ils sont extrêmement menus et fluets, comme tous les jeunes clones de leur âge. Nerti et Zilner sont eux, aussi blancs que le sol carrelé qui borde le bassin. Le professeur Zablinsk les rejoint bientôt, il porte lui aussi un habit de bains, un short bleu azur en tissu brillant. Son corps est aussi blanc et maigre que celui des enfants et il sourit d'un air amusé.

 

  • Quel que soit notre âge, nous sommes les mêmes. Tout comme vous, je suis passé par cette étape essentielle qui consiste à aimer l'eau. Nous allons commencer par un bassin à très faible profondeur, expose-t-il avec bonté.

 

Nerti et Zilner commencent à frissonner, car ils n'ont aucun habit chauffant. Les enfants suivent le sage un peu à contrecœur. Le petit Zilner, qui tremble de froid, se dit qu'il aimerait être en cet instant, beaucoup plus vêtu.

 

  • Nous avons besoin d'un volontaire, expose le sage Zablinsk en entrant dans l'eau, d'environ 30 centimètres de profondeur.

Les enfants l'observent comme si ce qu'il venait d'accomplir relevait d'une sorte de prodige contre nature.

 

  • Je vous promets que ce sera très agréable, cette eau est très chaude, assure Zablinsk en s'asseyant tranquillement dans le bassin. Vous employez bien de l'eau chaude pour vous nettoyer le visage ? Ici, c'est la même chose.

 

Un peu inquiets, les enfants se regardent et s'avancent. L'eau en effet, dégage une douce tiédeur. Nerti ose s'agenouiller et tendre la main pour la toucher. Elle est très chaude, assurément. Il s'assied et trempe prudemment un pied, puis le deuxième. Ses pieds gelés reprennent vie aussitôt. Alors, le petit alien s'assied dans le bassin.

 

Les autres enfants le voient faire et poussent des cris impressionnés.

 

  • Je vais très bien, les rassure Nerti, vous pouvez entrer aussi, vous verrez, c'est très agréable.

 

Le petit alien sourit largement, même si son père, le sage Amoni n'est pas là pour lui tenir la main, ce bassin est très agréable.

  • T'es-tu déjà baigné, mon enfant ? demande Zablinsk.

  • Oui, une fois, avec mon père, aux sources chaudes, on ne sentait pas le fond. J'avais très peur qu'il me lâche et que mon corps coule et se noie, confesse Nerti d'une petite voix.

  • Cela explique bien des choses, ton père est très avisé. Vois-tu, le corps des nôtres ne peut pas couler, grâce à l'air contenu dans les poumons, il a tendance à flotter naturellement. Il faut pour cela être très calme.

 

Le petit Zilner s'avance à son tour et pose un pied dans le bassin. Le sage Zablinsk et Nerti tiennent ses mains pour l'aider à s'équilibrer. Le petit alien a très peur, mais comme Nerti, il est agréablement surpris par la tiédeur de l'eau. Il s'assied avec un large sourire.

 

  • D'autres volontaires, ou voulez-vous tous que vos petits pieds soient gelés, dites-moi ? demande le sage Zablinsk.

 

Les enfants s'approchent, les uns après les autres, attirés par la chaleur de l'eau. Ils prennent place lentement dans le bassin circulaire et sont un peu plus confiants.

 

  • C'est très bien, je vous félicite tous, vous avez dépassé votre peur ancestrale, qui est de tomber même dans une simple flaque d'eau, assure le sage.

  • Ce sol gelé, il nous y a un peu obligé, fait remarquer une petite alien.

  • Je vois que tu as compris mon enfant. En effet, il a été nécessaire de vous exposer un peu au froid pour vous inciter à venir ici. Maintenant que vous pouvez constater par vous-mêmes que ce milieu n'est pas dangereux, la suite va devenir bien plus aisée, assure Zablinsk avec un large sourire.

 

Il sort du bassin et tous les enfants le suivent aussitôt, car être exposé à l'air extérieur lorsque l'on est mouillé, n'est pas du tout agréable pour eux, (encore plus que pour une espèce à sang chaud comme la nôtre).

 

Le sage Zablinsk descend le petit escalier d'une piscine bien plus profonde, mais pas trop, afin qu'un jeune enfant puisse avoir pied. Le petit Zilner, qui est absolument minuscule, ne parvient pas à sentir le fond. Alors, le sage lui enfile une bouée. Tous les enfant entrent dans l'eau très chaude avec soulagement.

 

  • C'est très bien mes enfants, remarquable pour une première fois. Maintenant, nous allons tous nous détendre et nous allonger sur le dos. Laissez votre respiration ralentir, imaginez que vous vous trouvez en un lieu merveilleusement apaisant, tout près de votre famille.

 

Les enfants écoutent la voix du sage, se laissant bercer par le bruit agréable de l'eau, ils constatent que leurs corps fluets parviennent quand même à flotter. La séance est ponctuée d'autres exercices, d'immersion. Les petits aliens voient très bien sous l'eau. Ils sont émerveillés de ce nouveau milieu qu'ils découvrent pour la première fois.

 

Au bout d'une demie heure de cette plaisante activité, les enfants rient et chahutent dans l'eau, s'amusant à sauter et projetant des éclaboussures tout autour d'eux. Le temps passe agréablement jusqu'à l'heure du déjeuner.

 

Le sage Zablinsk sort promptement de l'eau, puis s'entoure sous une vaste serviette. Ensuite, il se sèche, sous une sorte de lampe à infra rouge.

 

Il revient un peu plus tard, séché et habillé.

 

  • Je vois que vous êtes parfaitement acclimatés, constate-t-il d'un air rayonnant. Il y a une surprise, dit-il aux enfants. Venez donc, quelqu'un vous attend, ajoute-t-il mystérieusement.

 

Le petit Zilner sort en tremblant de l'eau. Aussitôt une grande silhouette s'avance pour l'entourer avec une serviette. Son père l'embrasse tendrement, et le petit alien rit d'incrédulité.

  • Tu es venu, dit-il d'un air bouleversé. Tu m'as beaucoup manqué, tu sais...

  • Je suis venu, comme je viens toujours pour t'aider à sortir de l'eau. Tu es très courageux, je suis tellement fier de ce que tu as accompli ! expose Amoni d'une voix ravie.

Le petit Nerti s'avance à son tour et son père l'étreint longuement. Il mène ses deux fils sous les calorigènes prévus à la sortie des bains.

 

Tous les enfants sont pareillement ravis d'être accueillis par leurs parents. Ils vont s'habiller, puis ressortent de l'entrée des bains, heureux d'être à nouveau avec leur famille.

 

  • Tu es venu pour nous, s'émerveille le petit Zilner, en serrant la main de son père.

  • Oui, absolument, ce jour est notre jour mes chéris. Vous avez été si braves ! Je sais combien la peur de l'eau est profondément inscrite en vous. À moi aussi, vous avez beaucoup manqué. Pour qui pourrais-je donc bien cuisiner à présent que vous êtes loin de moi ? Nous pouvons visiter ce lieu, nous allons où vous voulez, expose Amoni en montrant un petit transport à répulsion.

  • Nous aimerions bien aller aux jardins, propose le petit Nerti, il y a là bas toutes sortes de plantes étonnantes.

  • Le sage Zablinsk vous a fait accomplir un exercice très périlleux. Il était rayonnant, normalement, il est très difficile de faire prendre un bain à un petit alien !

  • C'est parce que l'on a confiance avec lui, et cette eau était à 55 degrés, suffisamment chaude pour nous. Il est très paisible, très à l'aise dans l'eau, raconte Nerti.

  • Oui, c'est un ancien plongeur, confirma Amoni. Le seul alien Denakh à s'être proposé, apparemment. Mais sa physiologie lui permettait d'entrer sans risques dans des lacs volcaniques brûlants.

 

Ils parviennent aux jardins et sont rejoints en peu de temps par Orel et Dorian. Rayonnants, les enfants embrassent les deux êtres de lumière. Avec leur générosité habituelle, ces derniers font aussitôt apparaître un savoureux repas.

 

  • J'espère que Zilmis et Zolmirel seront bientôt de retour. Ainsi, notre famille sera enfin au complet, expose le petit Zilner.

  • Oui, ils vont revenir, assure Amoni. D'ailleurs, la famille de Zilmis a envoyé plusieurs messages par transcommunication, afin de savoir où était leur fils. Je vais finir par croire qu'ils regrettent sincèrement son absence. C'est une très bonne chose qu'ils parviennent enfin à l'exprimer. La fierté fait faire de très grande erreurs aux nôtres parfois. Il convient de s'en rendre compte à temps pour y remédier. En privant Zilmis de voyages dès son plus jeune âge et en lui faisant redouter l'extérieur, sa famille a fait jaillir en lui l'éclair de l'aventure.

 

Mon si sage ami interrompit la transmission télépathique. Même à des milliers de kilomètres, je pouvais ressentir pleinement toute l'affection, toute la bonté d'Amoni, j'y répondis pleinement, lui envoyant tout mon amour. Nous serions bientôt réunis, c'était un fait dont je ne doutais aucunement.

 

Je vous salue chers amis de la Terre bleue. Je vous souhaite de vous trouver pareillement unis à vos êtres chers, de vous trouver réunis aussi souvent que possible. Je vous salue bien affectueusement.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article