La vie subtile de l'espace (2/2)

Publié le par Aurélia LEDOUX

La vie subtile de l'espace (2/2)

Message d'Ektazzo (suite)

 

Nous voyons bien à quel point vous aspirez à communier avec la nature, à comprendre les animaux qui vous entourent et à tenter d'échanger par l'esprit, les émotions, comme vos ancêtres savaient le faire. Cela nous met du baume au cœur.

 

Car bien sûr, votre histoire est un peu la suite de la nôtre. Mon peuple, celui des gris, s'est immergé si profondément dans la matière, l'avidité, la domination, qu'il s'est éloigné de plus en plus du principe de pensée inhérent à chaque espèce. Nous étions passés à une forme de non-vie, exactement opposée à ce que nous souhaitions au départ devenir.

 

Pour de tels êtres, il est extrêmement difficile de faire marche arrière, mais cela est possible. Le changement est venu des plus jeunes, ils nous ont ouvert les yeux.

 

Le sage Ektazzo sourit et se retourne. Il tient dans sa main un fruit, qui ressemble à une pomme de pin. Son teint est lumineux, blanc argenté et bleuté, il resplendit. A ses côtés, se trouve un jeune alien aux yeux bleu pur qui brillent de joie. Cet enfant est celui qui avait eu le visage blessé, à présent, il est parfaitement guéri. Son jeune frère est près de lui et ensemble, ils contemplent un grand bac carré, constitué de rondins de bois artistiquement empilés, dans lequel un jeune arbre s'épanouit.

 

 

Cet arbre sera bientôt replanté dans le jardin de notre vaisseau, reprend-il. Vous en souvenez-vous ? C'est l'arbre que les nôtres avions décidé de planter par chez nous, et qui avait provoqué la colère des génies. J'ai conservé sur moi ses fruits durant un très long moment. Et d'autres aliens dissidents parmi les miens ont agi de même. Cet arbre symbolise la reconnaissance du pouvoir de notre cœur. Celle-ci a tellement manqué à mon monde ! A présent, il est temps. Nous pourrons nous réunir autour de cet arbre, pour appeler nos frères égarés en des lieux de noirceur, dont ils peinent à se dégager.

 

La transformation est possible pour les nôtres, mais elle est très périlleuse, cela ne tient qu'à un fil. Elle est assez longue au départ, puis s'accélère. Je me souviens que ces marques de lumière étaient assez inconfortables, tout mon corps me tiraillait, me démangeait, par endroits, la brûlure était très vive. Il fallait que mon être sombre soit entièrement dissous, pour que je puisse redevenir celui que j'étais censé être au départ. Heureusement, les êtres de lumière sont là pour nous aider, nous guider.

 

Les trois aliens parcourent un couloir magnifique, bleu océan, dont les parois semblent vivantes et où des volutes colorés tournoient lentement. Ils parviennent en une autre aile du vaisseau, plus claire. Une arcade s'ouvre dans la paroi à leur approche et se dessine alors une salle très brillante. On voit plusieurs groupes d'aliens gris, qui avancent en rangs serrés. Tous ont un regard méfiant.

 

Certains sont affreusement blessés et vacillent, les autres les aident à marcher. Les gris avancent sur une sorte de promontoire, il y en a, je dirai, douze. Trois sont dans un état critique. Une sorte d'énergie crépite autour d'eux, et des taches de lumière apparaissent sur tout leur corps. Certains de ces êtres sont agités de spasmes.

 

Cela est notre devoir, explique le sage Ektazzo, en se précipitant vers eux.

 

Il s'empresse de les aider, et prend les mains des êtres les plus affaiblis en les saluant et en les rassurant de paroles.

 

- Venez donc, chers amis, soyez les bienvenus. Vous êtes arrivés à bon port et je m'en réjouis. Votre transformation commence ici, vous avez effectué le pas le plus périlleux, le pas vers la foi. Chacun d'entre vous va être escorté en une chambre de repos.

 

Effectivement, d'autres aliens luminescents font leur apparition et s'avancent à leur tour, pour aider les rescapés à gravir un escalier. A son sommet, se tient une grande porte lumineuse. Les gris vacillent en émettant des pensées de désarroi et tremblent de faiblesse, mais chacun tient bon et franchit l'arcade.

 

Ils parviennent dans une autre zone du vaisseau, plus faiblement éclairée. Le plafond rose pâle est extraordinaire, il semble constitué d'une eau laiteuse rosée, entrelacée de plantes, mais en réalité, c'est une sorte de cristal miroitant de toute beauté qui change de couleur. Chacun des aliens est mené à un lit, où des êtres de lumières accompagnés d'aliens guérisseurs s'avancent pour les examiner.

 

Eztazzo et ses deux enfants vérifient que tous les blessés sont bien stabilisés et repartent afin qu'ils puissent se reposer.

 

Ils ont fait le plus difficile. S'approcher de notre bâtiment est un immense effort pour eux, ils auraient pu être dissous à tout moment. C'est la pureté de leurs intentions qui leur a permis de se hisser en ce lieu de dimensions subtiles.

 

Il repart vers des coursives bien plus éclairées. Un vaste couloir rouge se dessine sous ses yeux. Il sourit.

 

C'est la salle de biologie, expose t-il. C'est un véritable paradis pour les chercheurs, bien sûr. Nous avons beaucoup de convalescents qui viennent étudier ici. Les êtres de lumière ont mis à notre disposition toutes sortes d'instruments merveilleux pour observer les systèmes cellulaires les plus délicats dans leur intégralité.

 

Le sage Ektazzo s'approche d'une console, sur laquelle un jeune alien est penché. L'appareil permet d'observer en gros plan, le système cellulaire de minuscules formes de vie présentes dans l'eau, telles que le plancton. Ils devisent. L'alien lui explique que ces formes de vie sont multipliées en laboratoire, afin d'être répandues dans l'océan un peu plus tard.

 

La salle bruisse de murmures télépathiques enchantés. Des aliens gris sont présents, ainsi que des êtres humains au teint varié. Il y a beaucoup de convalescents, plusieurs aliens ont des taches de lumière sur le visage, et leur morgue semble disparaître.

 

Ektazzo s'approche d'un appareil qu'il nomme un « enregistreur ». C'est une sorte d'appareil photo très sophistiqué, qui reconstitue en 3D, le fonctionnement intégral du corps d'un être vivant. On peut ensuite à loisir observer l'intérieur d'un animal, pour étudier le système digestif, les articulations, et le squelette.

 

Il en est fait ainsi, explique-t-il, pour apprendre à soigner efficacement les blessures les plus graves.

 

Il passe dans une autre salle, plus éloignée, entourée de hauts vitrages. C'est une salle de biologie. On voit ici des groupes d'aliens qui sont occupés à soigner des blessures très graves, et qui officient à cette tâche avec bonheur. Les experts sont au nombre de cinq, et ceux qui opèrent ne portent pas de masques ni de gants. En revanche, ils utilisent des instruments et une lumière blanche éblouissante tombe du plafond. Les aliens présents dans cette pièce ont bien plus de marques de lumière sur le corps et les bras. Certains sont presque totalement transformés.

 

Ektazzo se dirige ensuite vers une autre salle, celle-là, toute dorée. Elle est bien différente. Il n'y a aucune installation technologique visible. Les lits sont en réalité de simples niches de pierre et des lampes, un peu comme des lampes à sel de couleur rose, diffusent un bel éclairage doré. Il existe de nombreux coussins où les blessés viennent s'étendre. Cette fois, des chercheurs gris les soignent, mais ils sont devenus tout argentés.

 

La transformation complète est visible sur leurs visages et leurs yeux, autrefois méfiants, débordent de joie et de bonté. Je m'approche aussi et ressens leur pensée avec un bonheur incrédule. Il émane un très grand désir de bien faire de la part de ces êtres. Ils me font un peu penser à des enfants, par leur pureté, leur exubérance, leur immense joie d'être ici.

 

Les aliens agissent par l’esprit pour soigner des lésions très graves, qu'il s'agisse de fractures, de lésions articulaires, de grosseurs ou d'épanchements. Ils sont aussi habiles à soigner des brûlures en approchant leurs mains chargées d'énergie des blessures.

Certains n'y parviennent pas du premier coup. Plusieurs séances sont donc nécessaires. Chacun des blessés est stabilisé et peut rejoindre sa chambre. Ektazzo rassure les guérisseurs qui ont échoué à guérir entièrement des plaies affreuses. Le résultat est déjà bien meilleur, leur affirme-t-il, et il est parfaitement normal qu'il en soit ainsi.

 

Nous sommes vraiment ravis de l'enseignement que l'on peut recevoir en ce lieu, reprend-il. Nous devons déjà apprendre à soigner de manière physique, avant de pouvoir guérir grâce à l'énergie. C'est l'endroit le plus magnifique dont on puisse rêver pour apprendre à guérir d'une manière tout à fait nouvelle. Je ne saurai dire assez à quel point j'ai été comblé de l'accueil que j'ai reçu par les êtres de Lumière et de ma gratitude à me trouver en un tel lieu.

 

Il s'avance pour saluer, entouré de ses deux enfants et de trois êtres de Lumière.

 

Chers amis de la Terre, soyez remerciés de votre visite sur notre beau vaisseau. Chaque jour nous nous rapprochons, nous aussi, nous ne pouvons agir en une fois pour soigner votre monde. Nos présences sont pourtant là, constantes, comme un baume sur votre cœur. Recevez tout notre amour.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article