L'apprentissage des petits aliens (1/11)

Publié le par Aurélia LEDOUX

L'apprentissage des petits aliens (1/11)

Message du Professeur Zolmirel

 

Le rêve se réalise

 

Me voici de retour, chers amis, pour vous conter la suite de nos aventures.

Sur ma planète, les choses sont caractérisées par une simplicité effective. Les jeunes êtres qui y voient le jour, sont envoyés dans des lieux d'apprentissage fort agréables. Ils revoient leurs familles ensuite, en certaines occasions de l'année, mais une liberté plus grande existe entre parents et enfants.

 

Cela n'empêche pas bien sûr, la création d'un lien très fort. Mais tout est fait pour que chaque être vive une vie épanouie. C'est à dire que la vie de parents, sur mon monde, est à bien des égards, plus sereine que la vôtre. D'une part, parce que chaque enfant vit très tôt en un lieu d'apprentissage où il devient indépendant, d'autre part, parce qu'il voit chacun de ses dons appréciés de manière parfaite.

Il reçoit beaucoup d'affection de ses parents, de ses oncles et tantes, de ses ancêtres, qui sont très nombreux chez nous, en raison d'une longévité accrue. Il reçoit aussi beaucoup d'amour de trois ou quatre individus particuliers, qu'il considère de même que sa famille. Ces êtres sont ses instructeurs et ils ont un rôle très important.

 

Leur attitude est véritablement exemplaire, car ainsi, ils permettent aux jeunes enfants de se trouver pleinement épanouis.

 

Les enfants sont, autrement, choisis pour participer, je l'ai dit déjà, à des missions stellaires. Leur rôle est extrêmement important. C'était le cas bien sûr, de Nerti et du jeune Zilner. A cette occasion, ils passent donc beaucoup de temps en vol, ou dans les lieux de maintenance de vaisseaux. Nos deux plus jeunes petits compagnons avaient été recueillis par mon ami, le sage Amoni, dans des circonstances très périlleuses. Afin de laisser un lien très fort s'établir entre eux, ils n'avaient point été envoyés dans un centre d'études. La manière dont la connaissance était inscrite en eux était très particulière, estimaient les différents professeurs.

 

Nerti, comme la plupart des jeunes clones, avait mémorisé des dizaines de plans entiers de croiseurs longs-courriers. Son enthousiasme pour le vol était donc très grand. Le petit Zilner, lui, adorait étudier le ballet des sphères, les cartes spatiales, et l'histoire.

Ce jour qui était venu était pour eux très particulier, voici ce qui advint donc un matin.

 

  • Vous allez vous rendre au centre des Hautes Connaissances, expliqua Amoni à ses deux fils peu enthousiastes. Vous allez voir que cet endroit vous plaira beaucoup. Il dispose de télescopes très puissants, fit-il en s'adressant à Zilner. Les mondes les plus proches y sont répertoriés. Vous apprendrez aussi l'histoire de votre peuple, et votre lignage génétique vous sera révélé. Il y a d'autres aliens comme vous, eux sont des Denakhs adultes. Leur science est très grande, en ce domaine, que je ne puis vous offrir.

  • Cela va être très difficile d'y aller sans toi, exposa le petit Zilner avec une voix tremblante.

  • Oui, c'est bien vrai. Et pour moi aussi, mais nous nous reverrons dans peu de jours. Nous pourrons parler par l'esprit.

  • Je ne suis pas encore un très bon télépathe, avoua Nerti.

  • C'est vrai, mais cela viendra, cela aussi vous sera enseigné. Notre séparation permettra à cette faculté de pleinement s'épanouir, dit-il en les embrassant.

 

Nerti et Zilner ce matin là, avaient achevé de préparer leurs effets. Ils emmenaient beaucoup de leurs jeux favoris, et aussi des livres, des habits. Ils étaient partagés entre une peur très intense, et une très vive curiosité pour faire connaissance avec des aliens de leur peuple.

 

Zilmis les déposa sur le tarmac avec notre vaisseau à peine réparé, qui fit une belle impression. Chacun de nous fit des adieux poignants aux deux petits aliens. Puis, une créature assez magnifique apparut.

 

Il s'agissait d'un grand valet Denakh. Il était habillé avec le raffinement le plus extrême, et sa veste était ornée de broderies tout à fait magnifiques, en un tissu brillant de teinte mauve, rosée et bleutée. Comme il était grand et élancé, cela mettait sa belle silhouette en valeur. Cet être portait de hauts souliers et des bandelettes sur ses jambes minces. Les bandelettes étaient utilisées par la plupart des êtres possédant des ongles griffus pour pouvoir se chausser comme il faut. Il s'agissait bien sûr d'un tissu spécial, qui protégeait du sable et de l'humidité. Le tissu placé au niveau des pieds était lui très moelleux et confortable.

 

Perdu en mes pensées, je détaillais avec stupeur l'être si élégant. En croisant son regard, je devinais que cet alien était âgé de manière immense. Il s'inclina pour nous saluer, j'éprouvais une impression très positive. Il en fut de même pour Amoni, tout à fait ravi de confier ses fils à un être aussi affable. Le Denakh s'inclina et se présenta, il était chargé de veiller sur le bien être de tous les enfants. Le centre était très grand, nous expliqua-t-il.

  • Je suis le professeur Zablinsk, j'enseigne la communication, la télépathie et bien d'autres choses. Ce lieu de connaissances accueille environ deux cent enfants et quatre cent étudiants, nous veillons à déverser toute notre science en eux. Nous sommes si fiers lorsque l'un d'eux rejoint sa famille en emportant cette belle connaissance ! fit l'être vénérable.

  • Je suis très touché, assura Amoni, qui peinait à exposer sa pensée en cet instant.

 

Nerti et Zilner nous saluèrent une dernière fois, montèrent dans le vaisseau, puis la porte se ferma.

Le navire s'éloigna vers la grande citadelle de la connaissance, auprès de laquelle de vastes complexes scientifiques avaient été édifiés au fil des siècles par mon peuple, puis agrandis peu à peu.

 

Je perçus un sanglot éloigné et devinais qu'en cet instant le petit Zilner avait laissé ses larmes jaillir. Zilmis et moi-même nous sommes essuyés les yeux. Nous avions franchi une étape essentielle, nous étions certains de revoir les enfants bientôt, et cela nous apaisa. Il était indispensable que d’autres êtres infiniment plus habiles et plus âgés que nous, se chargent de les instruire. Le petit Nerti avait formulé le vœu de devenir pilote, et Zilner entendait être astronome. Sur mon monde, ces rêves sont très accessibles pour un enfant.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

 

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article