L’opposition homme-femme, une transcendance à effectuer,

Publié le par Aurélia LEDOUX

 

Les hommes et les femmes sont faits pour travailler en osmose au perfectionnement du monde, afin que surgisse le meilleur.

 

Dans notre monde moderne, il existe toujours des difficultés à admettre cette égalité des femmes aux hommes.

Suivant la constitution les hommes et les femmes naissent et demeurent libres et égaux en droits, libres et égaux. Vraiment ?

Ce qui est présent dans les textes de loi ne se vérifie pas encore au quotidien.

Il suffit de monter dans un autobus aux heures de pointe, pour constater que la plupart des hommes s’étalent, tandis que les femmes doivent se contenter de la place qui leur reste et sont pliées en deux. Pourtant, elles ont payé le même prix pour prendre les transports en commun et être assises confortablement.

Alors ? Cela est-il normal ?

Ce petit exemple est très révélateur, montrant que les femmes sont considérées, de toutes manières, comme des êtres de moindre importance, ayant le droit à moins de place, moins de bien-être.

Je ne citerai pas les autres vexations détestables que l’on subit lorsqu’on est une femme.

La mode n’échappe pas à la règle. Ce sont les femmes qui doivent porter des vêtements étriqués, des chaussures qui semblent faites plus pour décorer que pour marcher.

Tout homme désireux de se faire une idée sur le confort de certaines chaussures féminines devrait essayer de marcher pendant une journée avec des escarpins à talons hauts !

Je pense en particulier aux créateurs de mode, qui pourraient ainsi se rendre compte du caractère agréable de la chose.

Mais d’ailleurs au fait, pourquoi les grands couturiers sont-ils surtout des hommes ?

 

Voilà qui mérite réflexion.

Au départ, le métier de confectionneuse était exclusivement féminin, mais ce sont les hommes qui ont volé la vedette aux femmes en devenant tailleurs.

D’ailleurs le mot « couturier » renvoie à l’image florissante d’un homme qui organise des défilés de mode.

Le mot « couturière » ou « cuisinière » renvoie lui, par contre, à l’image d’un emploi subalterne peu rémunéré, en travaillant pour un particulier, ou dans une collectivité.

Alors, même dans des professions qu’elles ont exercé pendant des siècles, les femmes sont-elles condamnées à n’être que de petites mains ?

Cela est-il normal qu’un homme désireux de se mettre aux travaux d’aiguille soit ridiculisé allègrement, tandis que de célèbres couturiers présentant de nouvelles collections reçoivent tous les honneurs à la caméra ?

Cela est-il normal que persistent des préjugés sur les tâches effectuées par hommes et femmes ? Combien d’adolescents subissent le regard sévère de la famille, de leur milieu social, suite à leurs passions combattues avec la dernière énergie, et ce à grand coups de proverbes tout juste bons à mettre au placard (les femmes et la mécanique, une femme sur un bateau, un homme dans une cuisine …)

Pourquoi un jeune homme talentueux n’aurait-il pas le droit de devenir pâtissier, une jeune fille sapeur-pompier ?

Je vais régulièrement dans une boulangerie où le pâtissier est un jeune homme, je tiens à souligner que tout ce qu’il fait est véritablement excellent.

Les barrières sont lentes à s’effacer pour ces jeunes qui ont à cœur d’exercer un métier depuis leur enfance.

C’est hélas dès la cour de récréation que les différences entre filles et garçons commencent à s’installer.

Il convient d'être conscients que les très jeunes enfants ne se soucient pas des différences d’âge, de sexe, encore moins de religion, de culture ou d’origine ethnique.

L’outil le plus efficace pour implanter ces différences est la télévision.

Celle-ci diffuse jusqu’à l’overdose les sempiternels films, westerns et séries B, dans lesquels des poupées incapables, sont sauvées par des cow-boys huileux, des princes ou des vampires des temps modernes. L’image de la femme-objet, manipulable, potiche et vulnérable est bien entrée dans les esprits et peine à en sortir.

D’ailleurs, le personnage principal d’un film est régulièrement un homme. Si une femme survient dans l’histoire, elle est souvent un élément perturbateur. Elle exige des comptes à son mari, se met en colère, et retarde l’action. Il s’ensuit une exaspération du spectateur, les personnages féminins sont trop souvent un peu pénibles, les héroïnes se mettent dans les pires situations et c’est immanquablement une main masculine qui les tirera de là !

L’opposition homme-femme, exacerbée par la télévision et les séries américaines formate insidieusement les jeunes et les couples. Il s’ensuit des comportements auto-reproduits, très pernicieux chez les personnes qui ne sont pas conscientes de tant de manipulation du regard.

L’être humain a une tendance naturelle à reproduire ce qu’il voit.

Je pense en particulier aux enfants, et aux adolescents fragiles psychiquement.

Beaucoup d’adolescents sont en manque d’un père, les personnages télévisés sont donc des modèles qui priment à leurs yeux.

Les mères occupées et les pères absents, au travail par exemple, ne voient pas forcément tout cela. Ce qui est sûr c’est que la présence paternelle est indispensable à un adolescent pour se construire.

Un nouveau personnage surgit à présent dans quelques séries policières, celui de la femme dure, masculine, qui ne laisse rien passer et fait preuve de sarcasmes continuels.

Mais ce n’est pas à coups de poing, en envoyant tout promener, que les femmes gagneront leur égalité, et surtout pas en choquant, comme le font les mouvements radicaux qui surgissent ces derniers temps.

En effet, la violence attire la violence.

Certes, il existe une femme sur cinq qui se plaint de violences verbales ou physiques au sein de son couple, il existe encore beaucoup de mariages forcés de par le monde, et même en France, dans certaines catégories sociales.

Voici un lien sur l'esclavage moderne, l'article est ancien, mais exhaustif :

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33825#.VYWsx1Iuezk

 

C’est avant tout par la douceur et le dialogue que les femmes sont vouées à se faire apprécier à leur juste valeur, par leurs conjoints, leurs frères, leurs pères et leurs amis.

L’instruction des petites filles à travers le monde est le premier moyen pour changer la donne.

Si les jeunes filles deviennent aptes à travailler et ne dépendent de personne pour subvenir à leurs besoins, l’infanticide des petites filles à la naissance disparaîtra, et avec lui les mariages forcés.

Le travail de l'homme est toujours mis en avant, et avec lui cette primauté alimentaire et sociale injustifiée à l'origine des différences de taille (15 cm en moyenne). C'est parce qu'elles sont plus sous-alimentées et qu'elles ont mangé souvent moins ou les restes pendant des générations, que les femmes sont plus petites que les hommes.

C'est ce que révèle un documentaire exclusif sur Arte.

http://www.arte.tv/guide/fr/045331-000/pourquoi-les-femmes-sont-elles-plus-petites-que-les-hommes

Pourtant, les femmes portent de nouvelles vies à venir, il en faut des calories pour subvenir au développement d'un enfant, cela est admis scientifiquement.

 

Un proverbe auvergnat du début du 20ème siècle expose pourtant qu'une femme bien élevée mange les restes à la cuisine et ne s'assied pas à table avec les hommes !

Donc, par réaction, pour devenir moins exigeant en calories, le corps féminin a réduit sa taille.

Pour ceux qui douteraient de l'efficacité des femmes au travail à travers le monde ou voudraient s'en convaincre, voici un blog très bien fait qui illustre les tâches éreintantes qu'elles doivent accomplir en Afrique.

A tout cela s'ajoute, le fait de s'occuper des enfants, ou d'être enceintes, avec la chaleur encore en plus ! Elles sont vraiment dignes d'admiration.

http://marinou.skynetblogs.be/tag/travail+de+la+femme

Les progrès en ce domaine sont lents, ils se poursuivent, notamment au Yémen, où des hommes ont manifesté pour soutenir les droits de leurs épouses. Voilà un bel exemple de complémentarité homme-femme !

Des femmes déterminées et talentueuses incarnent à présent la brillance, en occupant des professions où elles ne sont pas toujours bien accueillies au départ.

Je pense par exemple à celles qui sont chef d’orchestre ou conductrices de train.

Zahia Ziouani est une chef d'orchestre remarquée et remarquable, d'origine algérienne, qui a réussi à faire reconnaître son talent, malgré de nombreuses malveillances exercées à l'encontre de son activité professionnelle.

Que dire de Tawakkol Karman qui a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir défendu les droits de l'homme et également ceux des femmes et qui s'est vue interdite de séjour dans certains pays ?

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/08/04/tawakul-karman-prix-nobel-de-la-paix-yemenite-interdite-d-entree-en-egypte_3457306_3212.htmlhttp://

Elle a également reçu des menaces de mort, cela ne l'empêche pas de continuer son action.

 

Ces femmes montrent l'exemple du courage et de la réussite. Leur place dans ces professions est longue à faire, mais au fil des ans, leurs collègues hommes se rendent compte qu’elles y excellent.

Voici que Dorian se manifeste à l'instant avec sa bonté habituelle.

Ne laissez pas les poncifs de votre éducation vous dicter vos lendemains. C’est à vous seul de choisir en âme et conscience, votre choix doit être fait avec le cœur, et non en vous référant au jugement, au regard d’autrui.

Ce regard ne vous sert point. Si vous le suivez par peur, ou par envie de plaire, vous vous fourvoierez. Bien des vôtres occupent des professions par obligation, cela flétrit l’âme d’être obligé de faire quelque chose qui ne nous procure aucun bien.

Chez nous, chacun fait ce qui lui plait. Il n’existe aucune différence liée au sexe ou à l’âge, encore moins des milieux stellaires d’où nous provenons. Seul l’Amour de toutes choses se manifeste et prélude à notre travail, en particulier, celui de créer, d’embellir son quotidien, de faire s’élever notre âme au sommet.

Vous voyez de quoi il s’agit, cette flamme intérieure qui surgit en vous au moment où vous faites quelque chose qui vous passionne ! Ce bonheur si précieux qui fait surgir des étoiles dans votre regard.

C’est de cela que je veux parler. Cela c’est vous, c’est pourquoi vous êtes faits. Alors, si vous aimez quelque chose, ne laissez personne décider à votre place et osez !

 

Osez être vous- même, ne soyez pas suspendu au regard d’autrui ! Vous en récolterez mille bienfaits !

Qu’importe ce regard, il passera sur vous en s’arrêtant un petit peu au départ, puis au fil du temps, il passera sans s’y attarder.

Votre exemple encouragera d’autres à devenir vraiment libres d’exercer leurs passions. Qu’il s’agisse d’activités manuelles, physiques, intellectuelles, toutes les activités sont bonnes à exercer, et surtout celles qui procurent de la joie, ainsi que le fait la musique.

Je vous souhaite donc une heureuse fête de la musique, car il est bon de chanter et de danser en ces temps de grâce.

Soyez en paix.

Notre amour est sur vous,

 

Dorian, reçu par Aurélia,

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

 

 

Publié dans Messages

Commenter cet article