Les civilisations des aliens éclairés,

Publié le par Aurélia LEDOUX

Les civilisations des aliens éclairés,

Des sociétés spirituellement avancées,

 

Lors de cette série de rêves étonnants que je fais depuis une dizaine d’années, je perçois souvent des aliens qui me parlent de leur monde. Je les ai nommé, les Grands et les Petits.

Voici, très résumé, ce récit sur la vie comme elle se déroule à la surface de la planète de Cypria, une Grande. J’ai nommé cette planète Dale Major, peut-être en référence aux merveilleux récits de J.R.R. Tolkien, ou peut-être à cause du mot « alien », je n’en sais rien.

 

Cypria est de haute taille, environ 1m 80, et arbore une expression d’une immense bonté. Son visage possède des traits extrêmement fins, un peu comme ceux d’une jeune asiatique, mais en plus atténués. Elle porte une robe en tissu agréable, de couleur vive. Elle est emplie d’allégresse et d’une vivacité incroyable.

 

Ses yeux bleu clair brillants sont plus grands que les nôtres, son nez et sa bouche sont minuscules. Elle ne possède point de cheveux, cependant cela ne me gêne aucunement. Sa tête est bien plus grosse que la nôtre par rapport à son corps élancé aux membres très fins.

 

Elle me montre son monde, ainsi que sa maison et s’exprime par télépathie, elle peut aussi parler avec une voix fort douce.

Cypria habite une planète verdoyante plus grande que la Terre, possédant des zones équatoriales humides, mais peu de mers. Les villes sont de petite taille, excepté les capitales des différents continents. Tout y est paisible, les aliens sont d'une très grande bienveillance.

 

Sa maison est une construction admirable de pierre blanche. Elle a une forme hémisphérique, et son pourtour est garni de colonnades sculptées. Des niches abritent des visages d’aliens souriants. Tout autour de l’édifice, une pergola apparaît avec des variétés fleuries de plantes grimpantes. L’intérieur est très confortable avec un grand salon, des fauteuils et un projecteur de « lumière contractée » qui permet de recevoir des images, un peu comme la télévision. Attenante à la maison se trouve une grande serre emplie des plus extraordinaires formes de cactus et de champignons.

 

Si l’on monte à l’étage, et que l’on regarde par la fenêtre, on aperçoit un panorama saisissant de verdure avec d’autres jardins en pente entourant d’autres maisons. Plus en contrebas, s’ouvre une vallée qui plonge à au moins 1000 mètres et aboutit à une zone marécageuse entourée d’arbres bien plus grands que les nôtres, dont les plus grands culminent à 120 mètres.

 

Cypria fait partie d’une lignée de botanistes et travaille à la création de nouvelles variétés de plantes, afin de recréer un sol fertile. Les aliens s’occupent surtout d’effectuer des tâches scientifiques, de l’artisanat, et des travaux agricoles. Tout est très organisé au niveau de la gestion des ressources. Ils recyclent systématiquement tout ce qu’ils produisent.

 

Il n’existe pas d’argent, ni d’armement. L’armement, seulement spatial, est défensif, le système stellaire regroupant des mondes neutres. Les seules armes que possèdent les habitants sont antiques et servent à effrayer les volatiles qui s’approchent trop près des cultures.

 

Ils s’intéressent à la Terre, mais surtout à sa végétation. Leurs contacts avec notre monde ont été infructueux et l’armée a faussé l’image qu’ils pouvaient avoir de nous, car ils ont été accueillis à coups de fusils. Voici les propos du professeur Dorylus, un alien très âgé :

« Lorsque votre monde était jeune, voici plusieurs de vos siècles, des équipes de scientifiques daliens ont été envoyés pour la première fois. Ils ont été … hum… pas très bien accueillis. Les vôtres les craignaient et les prenaient pour des démons en leur tirant dessus. Pour la sécurité des équipes, nous avons décidé de ne plus envoyer de savants sur votre monde, ou seulement en mission d’observation. Ils devaient absolument éviter votre peuple. »

 

Les aliens ont réussi à résoudre la plupart des problèmes que nous rencontrons. Ils échangent des objets coûteux, de manière exceptionnelle, les aliens préfèrent offrir leur travail et leurs services, plutôt que vendre.

Le plaisir remplace ainsi l’obligation, et les rapports sociaux sont fondés sur l’entraide et la confiance. La convoitise et l’appât du gain qui caractérisent notre monde n’existent pas chez eux. Les aliens ont dépassé le stade égocentrique de l’accumulation de richesses à des fins personnelles. Ils préfèrent travailler au perfectionnement de leur monde en développant leur sagesse intérieure.

 

Leur philosophie teintée de mysticisme religieux prône la non-violence et l’acceptation. Ils vénèrent l’Energie Blanche, un fluide à la source de la vie dans tout l’univers. Voici ce qu’ils en disent :

 

« Lors de la création de l’univers, puis des mondes, le rayonnement primordial de l’Amour a jailli dans toutes les directions, afin de cristalliser la matière. Par cette action, les mondes furent crées, avec, incorporée en essence, la capacité de se perfectionner. La matière ainsi créée, aspire à devenir parfaite. »

« Il faut accepter son présent, afin qu’advienne un avenir meilleur. L’avidité, l’ambition, n’engendrent que dispersion et altèrent la perception du présent. Le fait de savourer une existence simple, la capacité d’être heureux facilement, conduit à l’Illumination de chaque instant. »

 

Ces aliens ont connu des séries de guerre effroyables sur leur monde natal, envahi par une race de reptiles dominateurs. Autrefois, ils habitaient une planète presque semblable, et ont du fuir les combats en raison de la radioactivité.

Ils ont perfectionné un système défensif très élaboré, pour que cela ne se reproduise plus.

 

Les plus âgés des « Grands » ont développé une sagesse ancestrale et des pouvoirs spirituels immenses, leur permettant de faire venir à eux tout ce dont ils ont besoin au quotidien.

 

Leur système planétaire comporte neuf planètes, et une dixième qui vient de naître depuis peu. Toutes sont plus ou moins habitées, mais seules deux d’entre-elles recèlent une civilisation profondément enracinée. Une troisième planète, Versina, est particulière, elle comprend une civilisation éthérée, d’êtres entièrement spirituels. Il s’agit d’une sphère parfaite à l’épaisse atmosphère bleu-vert, traversée de panaches nuageux immaculés. Cette planète, dite gazeuse, est très vieille. Elle a transmuté par elle-même sa propre nature matérielle. Traditionnellement, pour les daliens, le cœur des mondes est abrité par les esprits les plus purs.

 

Les deux planètes Dale orbitent presque sur la même trajectoire. Les grands aliens, ont ainsi des voisins plus petits, d’environ un mètre de haut qui ressemblent, de loin, à des enfants.

 

Les « Petits » habitent sur une planète sépulcrale, Dale Minor, dont ils tentent courageusement de faire reverdir la surface. Cette petite planète a été endommagée voici 3800 ans, au cours de l’impact causé par un astéroïde. Mais ces aliens persévérants ont réussi à faire refleurir leur civilisation en sous-sol, et à y développer des cultures abondantes. Ils ont été encouragés par les êtres de lumière :

« Dale Minor est déjà verte en vos esprits. C’est une vision prodigieuse qui conditionne une future renaissance. Votre esprit embrasse parfaitement ce qui est à naître, et plus votre appréhension de sa matérialisation sera élevée, plus aisément vous franchirez les obstacles entravant sa réalisation. »

 

Les petits aliens ont le teint pâle, ils possèdent de grands yeux noirs brillants. Ils sont très tenaces et travailleurs. Ils manifestent un amour très grand pour leurs familles et leur planète avec laquelle ils communient.

 

Voici leur description de la Terre :

« Il s’agit d’une petite planète presque entièrement recouverte d’océans d’eau liquide. »

Après analyse des peuplements végétaux qui en recouvrent la surface, les aliens ont rapporté des résultats intéressants. Les meilleurs ingénieurs se sont empressés de cultiver des variétés de plantes issues de la Terre, afin de repeupler les sols arides.

 

Depuis quelques années, cette petite planète a subi une renaissance, grâce à l’intervention d’une civilisation lumineuse. Voici les propos d’un être de lumière :

« Nous sommes ceux que vous appelez les Créateurs de Mondes, mais c’est impropre, nous préférons être appelés les gardiens. Nous canalisons les énergies cosmiques pour préluder à la création des mondes. C’est un long travail.

L’énergie qui parcourt l’univers est parfaite et douée d’intelligence. Nous l’aidons à structurer des astres nouveaux, à trouver son chemin. Nous ne sommes que des assistants. Nos supérieurs sont infiniment plus sages que nous, en accord avec la volonté de la Source, ils font en sorte de matérialiser les mondes. »

 

Les habitants ont été prévenus à temps et ont pu s’échapper à bord de leurs navires. Ainsi, la petite planète vitrifiée a été le siège de grandes éruptions volcaniques.

Des pluies de corps rocheux emplis de glace ont été organisées par les êtres de lumière, afin de recréer une surface viable et une atmosphère suffisamment dense. Chose improbable, cette planète, s’est pour ainsi dire dilatée, et possède à présent une taille plus grande de 30% !

 

 

Elle est à présent suffisamment refroidie, et les aliens ont pu se réinstaller en sous-sol, ou à la surface, comme ils le souhaitaient. Le volcanisme et l’humidité ont permis d’améliorer la fertilité de la surface, désormais, il pleut régulièrement. Les vallées autrefois aussi sèches que les zones arides de la Terre, abritent désormais des fleuves.

 

 

Voici donc ce récit allégorique, dans lequel j’insiste bien sur la bonté et l’immense douceur des occupants de ces mondes harmonieux. Ces êtres sont bien différents de ceux décrits dans les films de science-fiction. Il est d’ailleurs rare de trouver un récit ou un film parlant de la confrontation de l’humanité avec une civilisation supérieure. Je n'ai aucun moyen, bien sûr de vérifier cela de manière scientifique.

 

 

Il serait bien dommage que l’humanité soit passée, et passe encore à côté de cette opportunité brillante, qui est de rencontrer une civilisation lumineuse, et cela simplement à cause d’une petite catégorie de notre population.

 

Et vous, amis lecteurs ? Aimeriez-vous que cela se produise ?

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

Publié dans Messages oniriques

Commenter cet article