Le message d’amour des défunts,

Publié le par Aurélia LEDOUX

Une dimension parallèle de plus en plus présente,

Au fil des ans, j’ai déjà pu ressentir de nombreuses fois des présences subtiles d’êtres défunts. Ces derniers mois ont été très riches en rebondissements.

Prendre conscience de cette connexion et l’accepter pleinement a été pour moi un nouveau défi. Il m’est arrivé de nombreuses fois de douter de ces perceptions, de toutes ces voix que j’entends.

Je me suis dit bien des fois que tout ceci était le fruit de mon imagination, lorsqu’un événement s’est produit qui a tout changé.

J’ai subi une perte très douloureuse dans ma famille. J’ai senti cette femme que j’aimais mourir devant moi.

Elle souffrait tellement, je sentais déjà cela à chaque fois que je pensais à elle, qu’elle devait lutter depuis de nombreuses minutes, heures, jours, pour respirer, manger, boire, bouger légèrement. Je fais partie de ces personnes qui ne peuvent se rendre dans un hôpital pour cette simple raison, j’absorbe la douleur physique d’insoutenable manière.

Et donc, le fait de m’y rendre a été une terrible épreuve. Lorsque j’y suis allée, mon guide m’a indiqué qu’elle vivait ses derniers instants. Je ne le croyais pas. J’avais toujours de l’espoir.

Elle souffrait tellement, que sa vie ne tenait plus qu’à un fil et qu’elle luttait à chaque seconde.

Puis, j’ai senti un immense relâchement, un immense abandon. Sa respiration a cessé et quelque chose, de grand, de lumineux, de joyeux s’est élevé, comme un grand oiseau de la taille d’une cigogne.

Ensuite j’ai réalisé que le corps que je contemplai était vide et qu’elle se trouvait au-dessus. Et puis, j’ai ressenti une immense joie, elle était libre, elle ne souffrait plus et pouvait se déplacer de merveilleuse manière !

Ensuite, elle s’est mise à me parler, de plus en plus, dans ma tête. C’était extrêmement agréable et fort douloureux en même temps. Elle était très étonnée que nous puissions communiquer de la sorte.

Voici donc ce qu’elle m’a dit :

- Imaginer que tu me parles, c’est comme me parler.

En bref, ce n’est pas dans ton imagination, le fait de croire fait advenir nos échanges télépathiques. Ma tante a finalement réussi à passer de l’autre côté et nos échanges ont poursuivi de manière plus sereine.

Le 20 Décembre à 10H00, elle s’est manifestée alors que je sommeillais. Elle m’est apparue suite à une vision. Ce qu’elle m’a dit est lumineux et éclaire mon horizon. Voici la retranscription de cette conversation que j’ai notée de mon mieux juste après.

Cette fois, elle n’a pas provoqué le contact trop vivement. J’entends une musique, une valse joyeuse de Chostakovitch et je la vois. Elle est sur la rive et me fais un signe de la main. La rivière fait environ 30 mètres de large. Je m’approche alors d’elle lentement. Elle est exactement telle que je me souviens d’elle, souriante, élégante et raffinée. Elle a l’air en parfaite santé, je lui fais signe à mon tour, je lui demande si elle m’entend.

Au début, elle ne peut pas m’entendre, puis sa voix me parvient. Elle est très neutre et très douce, ni triste, ni gaie. Elle souffre encore beaucoup. Et elle prend sur elle pour accepter de me parler. Nous ne nous sommes pas quittées dans les meilleures circonstances.

Mon esprit et fort agité, j’ai du mal à le faire taire pour recevoir des informations.

Il devient plus came finalement.

  • J’espère que tout va bien pour toi, que tu parviens à te détacher, à avancer. Tu dois nous « oublier », c’est cela ?
  • Cela va bien, ce n’est pas exactement comme tu crois. Je dois apprendre à devenir quelqu’un d’autre.
  • Mais où es-tu ?
  • Au dessus.
  • Pourquoi ceux qui sont bien plus proches de toi ne peuvent-ils pas te voir et t’entendre ?
  • Parce qu’ils ne peuvent pas l’admettre. Tu ne dois pas essayer de changer leurs convictions, leur manière de voir le monde. Ils doivent découvrir ce lien par eux-mêmes.
  • Je m’en souviendrai. Je n’aurai pas du leur parler de tout ceci, que tu sois toujours là.
  • Non, tu as bien fait. Tu as fait preuve d’honnêteté envers toi-même et envers eux. Il faut continuer tout ce que tu fais.
  • Ainsi, tu dois devenir quelqu’un d’autre ? Mais tu as déjà fait tellement, tu as suivi ton chemin, tu as reconnu ta souffrance, tu as pu aller jusqu’à la transcender. Tu as accepté l’idée de ta mort jusqu’à l’illumination ! Ce n’est pas rien cela !
  • Je dois renaître à moi-même, tout en apprenant à me sublimer pour acquérir d’autres qualités. Apprendre à vouloir devenir quelqu’un d’autre, c’est renaître à soi-même. C’est redécouvrir ce qui était caché au fond de soi sous une autre forme.
  • C’est incroyable. Je t’aime, je t’envoie tout mon amour. J’espère que cet amour t’aidera, que tu pourras rejoindre la lumière et le cœur des étoiles !
  • Je n’en suis pas encore là.
  • J’espère que les êtres de lumière sont avec toi. Peux-tu les voir ?
  • Oui.
  • C’est merveilleux. Nous allons fêter Noël, nous penserons à toi !

Je lui dis encore quelques mots, mais elle s’éloigne et le passage se referme, je parcours le couloir en sens inverse. Je ne puis que regretter ces mots que mon esprit supérieur très expansif et trop emballé a prononcé. Il s’agit d’une personne avec laquelle elle ne souhaitait plus parler. Elle souffre encore de trop pour accepter d’en entendre le prénom.

  • J’espère que tout ira bien pour toi.
  • Oui, moi aussi, me dit-elle avant que la connexion s’interrompe.

Elle est revenue plusieurs fois depuis, elle est bien plus sereine et joyeuse à présent. Les défunts parcourent un pays magnifique dans lequel la nature est grandiose. Ils peuvent exercer toutes les activités de leur choix. Il n’existe pas d’alternance jour/nuit, je la vois simplement se coucher sur l’herbe pour y dormir et se réveiller parfaitement ressourcée. Je crois qu’ils n’éprouvent pas la nécessité de se nourrir, ou alors seulement de boire. Ils explorent cette contrée merveilleuse. Ma tante me dit qu’il faut occulter les souvenirs douloureux qui lui font peine et ne plus penser qu’à elle que lorsqu’elle était joyeuse et en bonne santé.

Elle est revenue dernièrement et m’a indiqué qu’un nouveau chemin se profilait pour l’humanité toute entière.

Voici qu’elle parle présentement, nous sommes le samedi 16 Mai 2015 il est environ 15h30.

Un grand Bonheur !

Déjà ce chemin est proche, tu dois le sentir dans ton cœur. Ce qui appartient au passé est le passé, laisse le s’en aller et songes à l’avenir radieux qui t’attend. Un avenir dans lequel nous serons tous réunis, les parents et les enfants et dans lequel nous pourrons tous communiquer, ainsi que tu le fais quotidiennement.

Nos deux mondes ne seront plus séparés, celui des vivants et des morts. Nous allons vers une réunion, vers la réunion des consciences et de tous les plans.

Sois certaine que ce qui se profile ne peut être que le meilleur. N’écoute pas les dispensateurs de mauvaises nouvelles, ceux qui pensent que tout intervient contre eux- mêmes. Choisis tes compagnons parmi ceux que tu apprécies le plus et souris.

Il faut plus sourire, même aux inconnus. Lorsque tu souris, tu attires à toi ce qu’il y a de meilleur.

N’écoutes pas trop tout ceux que tu entends parler de catastrophes diverses et variées, de malheurs, de misère.

Ressens l’harmonie de la nature à chaque instant, sois en paix, sois son souffle et son souffle te portera en avant, vers ce qu’il y a de meilleur et de plus pur en toi-même.

Catherine,

Merci à toi Catherine, de faire entendre ta voix de là-haut.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

Publié dans Messages

Commenter cet article