La descente dans le monde intérieur (4/4)

Publié le par Aurélia LEDOUX

La descente dans le monde intérieur (4/4)

Message du professeur Zolmirel

 

 

Là, le sage Zablinsk les attend. Il les invite à s'étendre sur des lits douillets. Des lueurs très vives tombent du plafond. Des êtres de Lumière s'approchent des enfants et murmurent de douces paroles pour stabiliser leurs fluides.

 

Nerti et Zilner s'éveillent beaucoup plus tard. Ils se sentent habités d'une étrange énergie, mais l'esprit vaguement flottant.

Ils s'en retournent vers le petit vaisseau et s'asseyent. Là, un spectacle étonnant se produit. La petite alien au teint rosé a retrouvé ses jambes ! Elle marche vers eux avec précautions. Bien sûr, ses jambes sont encore filiformes et elle a besoin de s'entraîner un peu, mais elle est parfaitement guérie. Les enfants sont fous de joie. Leurs yeux rayonnent de bonheur et ils félicitent tous les petits blessés avec une belle exubérance.

 

Ce jour n'est décidément pas ordinaire. Hestia et le sage Zablinsk apparaissent à leur tour, prenant place aux commandes.

 

Le trajet du retour se déroule dans une ambiance d'émerveillement absolu. Les enfants sont de nouveau comblés de voir les sommets parés de jungle fleurie. En plus, les petits convalescents se joignent à leur enthousiasme pour louer la beauté de chaque arbre, de chaque fleur. Certains prononcent quelques syllabes.

 

Le soir venu, le vaisseau se pose. Nerti et Zilner en descendent, légèrement somnolents. Malgré tout le jour passé et cet envol mémorable, ils n'ont pas faim.

  • Cela est parfaitement normal, leur expose le sage Zablinsk. A présent, il faut vous reposer. Vous allez voir peut-être quelques transformation vous arriver dans les jours qui s'en viennent, mais je n'en dirai pas plus.

 

Nerti et Zilner montent dans un élévateur, se demandant d'un air intrigué, si le lendemain, ils vont s'éveiller plus grands et en tout cas moins menus qu'ils ne le sont.

 

Les enfants vont se coucher, car ils tombent de sommeil.

 

Un autre jour tout doré se lève sur la jungle environnante. Le petit Nerti, un peu somnolent, contemple son jeune frère occupé à se frotter les yeux. Zilner se lève, puis tend la main, ouvrant sans la toucher la porte de l'armoire vitrée qui abrite leur linge de toilette. Une serviette douce s'envole jusqu'à sa main et le petit Zilner nettoie ses yeux.

 

  • Comment as-tu donc fait cela ? demande Nerti abasourdi.

  • Je n'en sais rien, assure Zilner un peu surpris. Je n'y ai pas vraiment pensé. Cela s'est fait tout seul.

  • C'est absolument fantastique ! Cela veut dire que tu peux déplacer des objets !

 

Zilner ne dit mot, un sourire timide éclaire son visage. Il tend la main et un livre vole docilement vers lui.

  • On dirait que oui, déclare-t-il les larmes aux yeux. Je n'aurai jamais cru cela possible. Normalement, les dons fleurissent chez des aliens beaucoup plus âgés, et moi, je n'ai que six ans !

     

Nerti félicite son jeune frère, assurément ravi de l'émergence d'un tel don. Les dons, il est vrai, jaillissent chez des aliens de neuf ans ou plus, mais leur immersion dans le supra, et leur voyage mémorable au sommet, ont changé bien des choses.

 

Quelques jours passent et le petit Nerti s'interroge, ne voyant transparaître en lui aucun don, il est un peu attristé.

 

Il se lève de bon matin, se rendant seul sur la tonnelle, l'un de ses endroits favoris. Là, il aperçoit quelque chose sur le sol. Regardant mieux, Nerti réalise qu'il s'agit d'un jeune papillon qui possède une aile brisée. Le papillon se tord et agite ses ailes vainement, tentant de s'élever sans succès. Saisi de peine, le petit Nerti le prend avec douceur, et se dirige vers l'aile de biologie du centre de soins, réservée à l'étude des insectes.

 

Il fait quelques pas, puis il s'arrête. Il sent une autre possibilité. Il fixe l'aile gauche du papillon blessé et éprouve une compassion soudain immense pour ce petit insecte fragile. Il admire le mouchetis bleu brillant nuancé d'orange, d'or et de pourpre. Le papillon se retourne et Nerti détaille avec émerveillement ses yeux éclatants. Ses mains émettent fugacement un vif éclat de lumière, puis, le papillon étend ses ailes à présent parfaitement intactes. Il s'envole dans la clarté, follement heureux.

 

Le petit Nerti reste en ce lieu, et fond en larmes, bouleversé.

 

Il se redresse lentement et avance vers une silhouette familière. Le sage Zablinsk l'attend au bout du couloir avec un sourire énigmatique. Sans un mot, il lui montre une aile bleutée du centre des hautes Connaissances qu'il n'a encore jamais visitée.

 

 

 

Bien plus tard, Zilner, assis sur un banc de pierre au soleil, attend son frère. Il a apporté des fruits, ainsi qu'une petite collation. Nerti apparaît, empli de joie et se précipite pour l'étreindre. Il lui raconte cette découverte, précieuse entre toutes, de son don.

 

  • Je suis tellement heureux, assure Zilner rayonnant. Tu sais maintenant !

  • Oui, et cela me contente au plus haut point. Apparemment, je peux reconstituer à peu près n'importe quoi. Ils m'ont demandé d'agir sur un certain nombre de vases fracturés. Ensuite, j'ai eu le droit d'intervenir sur des câblages dessoudés, puis, sur un escargot. Demain, ils vont me demander de soigner des fractures très délicates sur des petits immatures.

  • C'est un don très grand, très rare ! Notre père sera très fier de toi, répond Zilner.

  • Oui, je sens sa pensée, il dit qu'il est fou de joie. Il me dit aussi qu'il faut user de ce don avec sagesse, car c'est un trésor, qui doit avant tout servir à soigner et à aider les autres, jamais à nuire. Autrement, ce don s'effacera.

  • Il m'a dit la même chose, explique Zilner. « Faire voler des objets est bien, mais tu es encore très jeune. »

  • As-tu essayé de soulever un vaisseau ? demande soudain Nerti.

  • Je t'ai dit que c'était impossible, répond Zilner en riant. Pour l'instant, je peux uniquement déplacer des objets que je suis capable de porter d'ordinaire.

  • Et je peux uniquement reconstituer de petits objets, un peu chaque jour, et cela est aussi assez fatiguant. Comme si nous devions d'abord apprendre à être sages, pour pleinement pouvoir faire usage de ces dons, répond Nerti.

  • C'est un peu normal, nous sommes encore des enfants. Nos émotions ne sont pas suffisamment stabilisées pour nous permettre d'user de ces capacités en toute sécurité, déclare Zilner.

  • Je suis heureux que l'un d'entre vous soit au moins conscient de cela. Il est plutôt rare que des dons fleurissent ainsi chez des enfants aussi jeunes, souligne une voix malicieuse.

 

Le sage Zablinsk s'avance avec un large sourire.

 

  • Il est normal que vous souhaitiez tester les limites de vos dons et les affermir. Pour commencer, il faut vous exercer avec de petits objets. Les coussins sont parfaits. Quant aux habits, ils te permettront d'agir avec bien plus de précision, expose Zablinsk en se tournant vers Nerti. L'alien en charge de la réfection du dallage et le maître à tisser t'attendent, dit-il au petit alien. Notre centre comporte peu d'experts en reconstitution. Demain, tu devras te rendre en salle de fractures.

  • Je n'aime pas beaucoup soigner des fractures, avoua Nerti avec une grimace.

  • Pour l'instant, mon enfant. Attend de commencer à agir grâce à ton esprit, tu verras que cela sera très agréable et amusant. Comme pour le papillon !

 

Et Nerti parut un peu plus heureux. Il rejoignit une grande alien, qui était chargée de rénover les dallages et les tuiles de tout le bâtiment. Le petit Zilner suivit Zablinsk en salle de saut.

 

A nouveau, il se retrouve dans le grand gymnase, en compagnie des autres enfants, dont la plupart gambadent sur des tapis et s'amusaient à se poursuivre. Leur amie, la petite alien au teint mauve, posséde dorénavant de merveilleuses capacités de se mouvoir. Sa vitesse est extraordinaire. L'un des petits aliens parvient à flotter en l'air quelques instants, et un autre, à se déplacer en disparaissant d'un endroit à un autre, en à peine une milliseconde.

 

Zilner put bondir d'une poutre à l'autre, sentant peu à peu son corps devenir léger, léger... Jusqu'au moment où il s'envola pour de bon, réussissant à se retrouver accroché à plus de 20 mètres du sol, à la plus haute corde du grand gymnase !

Il fixa les autres enfants qui le regardaient avec émerveillement, puis, se laissa planer lentement en cercles jusqu'au sol, où il se posa de manière hésitante.

 

  • Un petit alien vraiment très précoce... murmura le sage Zablinsk, parfaitement abasourdi, face à un Zilner rayonnant.

     

Le sage eut un long rire et appela les enfants tout autour de lui. Nerti, les rejoignit. Ayant rénové un grand nombre de dallages fendus, de tuiles douteuses et d'habits rapiécés, il rayonnait de joie.

 

 

  • Vous l'avez vu, mes chers enfants, vous êtes tous parvenus à appréhender votre don. Ce don n'est pas unique, il peut se coupler avec d'autres capacités, principalement l'antigravité, et le fait de pouvoir traverser des objets. En plus de courir extrêmement vite, ce qui est là une de nos nombreuses facultés. Vous l'avez constaté, ces capacités psychiques merveilleuses sont là pour compenser notre faible force neuromusculaire. Notre corps possédant une musculature atrophiée, notre encéphale, plus gros que chez la majorité des espèces, domine notre corps. Sa sphère d'action s'étend bien au delà des limites corporelles, et peut influer notre environnement. Notre mental, notre volonté, peuvent aller au delà de notre corps. Elles parviennent à elles seules, à mouvoir des objets, soigner, accomplir des travaux très délicats, rénover des œuvres d'art et bien d'autres choses merveilleuses !!! Il en est fait ainsi, parce que nos ancêtres ont veillé à accroître sans cesse les facultés de notre esprit. Ils se sont plu à le faire évoluer jusqu'à son sommet. La nature nous rend ce dont nous sommes naturellement dépourvus, afin d'accroître notre vitesse, notre force, ainsi que notre capacité à courber la matière suivant nos besoins ! Cette planète étant une sphère d'amour, nous a offert ces capacités, elle peut aussi nous les reprendre, si nous ne savons pas faire preuve de mesure, d'affection ou de discernement en les employant. Vous avez tous reçu des dons liés à la création, à l'amélioration de la vie et au bien être de tous. Les anciens, qui sont des sages parmi les sages, peuvent faire croître leurs propres dons, au point le plus extrême. Ayant dépassé l'avidité matérielle de manière parfaite, ils sont capables de faire apparaître toute chose dont ils ont la nécessité. Ils peuvent aussi déplacer des édifices extrêmement lourds. Protéger notre monde leur est aisé, tout comme détourner une flotte cosmique entière et repousser des vaisseaux menaçants en les envoyant dans le néant. Les prescients agissent de la sorte parce qu'ils ont de l'amour pour chacun d'entre nous, ils aspirent à protéger la vie, non à se battre. A présent, montrez-vous dignes d'eux, et exercez vos capacités avec amour, avec bonté et avec discrétion. Le sage fait toujours le bien en toute discrétion, il ne se vante, ni ne s'égare en des directions inconnues. Il ignore l'excès et se tient à l'écart des turpitudes du monde. Il agit seulement lorsqu'il en est prié et uniquement là où cela est nécessaire. Vous êtes des Denakhs et le fait de voir le jour sur ce monde vous a donné ces capacités merveilleuses. Prenez en soin, prenez soin de votre famille, soyez bénis mes chers enfants.

 

 

La vision bienheureuse prit fin. La pensée de mon ami, le sage Amoni se poursuivait. Lui même était expert en antigravité, et pouvait agir par son fluide sur de nombreuses blessures. Je ne sais quelle fut l'image la plus heureuse. Celle d'Amoni fou de joie, courant vers ses fils pour les étreindre, les féliciter de l'apparition de leurs dons, ou peut-être celle d'une grande silhouette inflexible au regard brillant qui parlait de manière assez vive dans mon rêve ? Tout cela était un peu emmêlé et je m'endormis en peu de temps.

 

Je vous bénis, chers enfants de la Terre bleue, recevez mes plus grandes pensées d'amour, de joie sereine et de renouveau pour votre monde. Vous êtes vous aussi, une belle exception, celle d'où part tout l'impossible encore à venir, qui se dépose et se cristallise en ces temps, pour le meilleur.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article