Le premier voyage vers les royaumes de l'Intérieur (4/4)

Publié le par Aurélia LEDOUX

Le premier voyage vers les royaumes de l'Intérieur (4/4)

Message du Professeur Zolmirel (suite)

 

Voici le début de ce texte :

 

Ils se réveillent le lendemain d'excellente humeur. A nouveau, ils courent dans le vaste couloir azur.

 

Ce jour est très important également. Le professeur Zablinsk les attend dans une petite salle un peu vétuste, aux murs jaunâtres et au sol taché par endroits.

 

Ils s'asseyent sur des fauteuils confortables qui ont l'air neufs et dénotent un peu par rapport aux étagères poussiéreuses.

 

  • Aujourd’hui, commence le professeur, nous allons débuter par un cours de nettoyage. Sur certains mondes, il s'agit d'une activité qui est vue comme dégradante et ennuyeuse, mais ici, vous allez voir qu'il n'en est rien. Vous allez voir que le nettoyage et la décoration sont des tâches essentielles, qui permettent d'assurer le bien être de tous les individus. Il s'agit d'un rôle noble, et les aliens de ménage ont toute notre gratitude pour rendre ces lieux accueillants. Notre monde est un monde où la propreté importe beaucoup. Le soin d'un alien à rendre un intérieur ou un vaisseau accueillant, est une qualité essentielle pour trouver un époux ou une épouse. Vous êtes encore des enfants et votre famille sera très heureuse de voir que vos connaissances en ce domaine sont étendues. Pour commencer, nous allons rénover entièrement cette pièce. Nous allons dépoussiérer, aspirer et laver le sol de cette salle, ensuite, nous étalerons un vernis sur le mobilier pendant que certains d'entre vous repeindront les murs et le plafond. Pour finir, nous irons nettoyer la bibliothèque et plusieurs lieux d'étude, puis, nous irons nous restaurer. Quand nous reviendrons tout sera sec, nous pourrons alors nous occuper du sol de cette pièce et nous nous rendrons en une cuisine qui a besoin de beaucoup de travail.

 

Nerti et Zilner se regardent, un peu étonnés. Mais très vite, tous les petits aliens se mettent au travail dans la bonne humeur. Certains secouent les tapis, d'autres essuient les étagères, et pour finir, une jeune clone aspire le sol. Peu de temps après, un petit robot ouvre la porte et entre dans la pièce. Tous les enfants se mettent à rire, car il est peint d'une couleur rouge un peu écaillée, et possède une démarche amusante.

 

  • Voici Timi, il ne parle pas, mais vous pouvez lui dire bonjour, expose le professeur Zablinsk ravi de son effet. Je l'ai appelé au moyen de ceci, dit-il en montrant une sorte de télécommande. Tous les grands vaisseaux, les grands bâtiments ont ce type de robot, avec d'autres machines pour laver et polir le sol, que nous appelons des rouleaux, et qui sont de simples appareils automatisés. Timi est différent, c'est un robot d'intérieur, il aime rendre service ! Vous pouvez venir lui dire bonjour !

     

Tous les petits aliens se groupent autour de Timi, absolument ravis, pour le saluer. Nerti et Zilner sont émerveillés, car ils n'ont jamais vu de près un androïde. Ils serrent gentiment sa main métallique et le robot pousse un bip de contentement.

 

  • Nous avons crée des androïdes sensibles, explique Zablinsk, afin qu'ils soient le plus en harmonie possible avec les nôtres. En effet, certains scientifiques sont un peu effrayés par les machines.

 

Il explique donc, que l'allure humanoïde rassure les aliens, alors que les grandes machines d'aspiration autonomes, qui polissent les couloirs peuvent inquiéter plus d'un chercheur. Elles sont programmées pour s'arrêter automatiquement à proximité d'êtres vivants, et repartir ensuite.

 

Pendant que Zablinsk parle Timi essuie les éclairages et retire des taches d'encre du sol. Les enfants prennent un flacon et font de même. Puis, ils essuient et sortent le mobilier dans le couloir avant de frotter le sol. Le sol fraîchement lavé a maintenant bien meilleure allure. Ensuite, Timi commence à placer une bâche sur le sol et à peindre le plafond. Le professeur Zablinsk explique aux enfants la meilleure manière de tenir un rouleau télescopique. Les travaux avancent vite et bien. Tous les petits aliens sont très appliqués, ils ne ménagent pas leurs efforts, ravis d'être ensemble et de s'amuser autant. Le mobilier installé dans le couloir reçoit une première couche de vernis, très mince.

 

Au bout d'à peine une heure, toute la salle est repeinte, alors, les petits aliens sortent et vont se nettoyer les mains, et retirer les taches de peinture qu'ils pourraient avoir. La peinture part facilement, elle est jaune pâle et a la consistance de la crème. Elle est conçue spécialement pour les enfants, si ces derniers en avalaient par mégarde, il ne leur arriverait aucun mal.

 

Plutôt surexcités, Nerti et Zilner suivent le professeur Zablinsk avec des gants, un sac, un balai-aspirateur et une pince à déchets électrostatique. Ils entrent dans la bibliothèque et essuient les tables, les fauteuils, les éclairages, les chaises. Le petit Nerti se fait un plaisir de passer un grand rouleau dans toutes les galeries. Les enfants passent ensuite au nettoyage des vitres, puis de la grande esplanade qui borde tout l'édifice.

 

Nerti et Zilner cherchent, mais ne trouvent que très peu de débris, à part des feuilles mortes, et quelques miettes, que les oiseaux n'ont pas encore mangé. Les aliens qui habitent ici, occupés à déjeuner, sont extrêmement soigneux, car ce lieu est comme leur maison.

 

Les enfants ont le droit d'aller se restaurer à leur tour. Le professeur Zablinsk remercie chacun d'entre eux. Nerti et Zilner, le dos un peu sensible, profitent de cette occasion pour se reposer.

 

  • Elil dit toujours que le nettoyage peut être vraiment fastidieux, mais moi j'ai trouvé ça très amusant ! assure le petit Nerti.

  • Tu oublies que sans machine à rouleaux et sans robot, cela aurait été bien plus long. Notre père est plutôt exigeant en matière de résultat, je ne sais pas s'il laisserait seulement un robot entrer chez nous.

  • Je ne suis pas certain qu'il ait le temps d'épousseter la bibliothèque, il passe plutôt son temps à y lire ! répondit Nerti avec un grand rire.

 

L'après-midi venue, les enfants passèrent à l'étape du deuxième vernissage du mobilier, indispensable et très agréable à effectuer, tant le produit employé, à chaud et avec un pinceau, sentait bon.

 

  • Attention à vos mains, ajustez bien vos gants, fit le professeur. Il faut étaler une couche mince pour que cela brille bien.

     

Le travail se poursuit au niveau du sol. Ce dernier, dans un état trop endommagé, reçoit une sorte de résine de ragréage. Celle-ci sent les aromates, et les enfants font la grimace, car la matière a une consistance visqueuse et gluante qui n'est pas très agréable. Comme c'est un exercice délicat, Zablinsk lui-même se charge de lisser la pâte avec une spatule. Les enfants, émerveillés, le regardent faire. La pâte sèche et acquiert en peu de temps une consistance brillante.

 

  • Nous allons sortir à présent, n'oubliez pas de nettoyer tous les outils, demande Zablinsk. Le résultat sera visible dès demain, ce sera notre salle ! Je vous félicite tous, lance-t-il avec un chaleureux sourire.

 

Un peu décontenancés, Nerti et Zilner nettoient et essuient les rouleaux et tous les pinceaux, avec les autres enfants. Chacun passe le visage par la porte restée entrouverte pour voir le sol, brillant comme un miroir. Les enfants suivent ensuite rêveusement Zablinsk, impatients de rénover une autre pièce du Grand Institut.

 

  • Nous allons passer à la rénovation complète d'une cuisine, lance Zablinsk, face à une porte couverte de traces de doigts. Ce lieu n'a pas été lavé et a même été sali volontairement, tout spécialement afin de pourvoir à votre instruction. Il a surtout été difficile de trouver des aliens qui acceptent de salir ce lieu, dit-il en riant. Pour commencer, qui peut me dire quelles sont les salissures les plus tenaces dans une cuisine ? Quels produits emploie-t-on pour les dissoudre ?

  • On trouve beaucoup de graisses, des eaux de vaisselle, et des taches d'aliments. Il faut donc des acides organiques, des savons et des produits permettant de dissoudre les pigments organiques, expose une jeune alien fluette.

  • Excellent ! Maintenant, nous allons pouvoir commencer ! lance le professeur, en ouvrant la porte de ce qui avait pu être autrefois une cuisine.

 

Un amoncellement de vaisselle poisseuse, et des murs maculés de graisse se révélèrent aux yeux des enfants. Nullement décontenancé, le sage Zablinsk leur distribue des gants, des brosses et des vaporisateurs.

 

  • Êtes-vous certain, que nous parviendrons à rendre à ce lieu sa brillance originelle ? demande le petit Nerti.

  • Absolument ! Un véritable alien sait toujours triompher de la saleté ! Ne te laisse pas rebuter par les apparences, mon enfant. Lorsque vous serez plus âgés, il vous faudra quelquefois œuvrer en des lieux sans doute moins bien entretenus que sur cette planète. Alors, vous serez en mesure de les nettoyer parfaitement en un rien de temps et sans frotter, si vous savez choisir les bons produits. Vous pourrez ainsi faire de tout lieu un lieu de vie agréable. C'est le but de ce cas extrême. Il s'agit d'aller au delà. Sur cette sphère, les plus brillants esprits œuvrent à la purification, la rénovation des mondes, des planètes et des cités stellaires antiques. C'est une bien grande et noble tâche. Cette simulation représente ce qui arrive, lorsqu'une cuisine de vaisseau spatial, servant à préparer plusieurs centaines de repas par jour est laissée à l'abandon. Notre travail est essentiel. Pour commencer, nous allons vaporiser un désinfectant, afin de purifier l'air.

 

Et les enfants passent à l'action, vaporisant un produit au parfum agréable un peu partout. Ils répandent ensuite une mousse puissante sur la vaisselle. Nerti et Zilner pulvérisent un liquide dégraissant sur les parois et commencent à frotter doucement les murs et les plans de travail pour bien répandre le produit.

 

Pendant que les solvants agissent, les enfants font la vaisselle, le sage Zablinsk répartissant les rôles, les uns brossant et savonnant, les autres rinçant et les derniers essuyant.

 

Comme les enfants sont une dizaine, cela va très vite. Le petit Nerti se brûle les mains en essuyant une assiette trop chaude, celle-ci tombe au sol et se fracasse.

 

  • Je suis vraiment navré, s'excuse le petit alien.

  • Ce n'est rien mon enfant, ce sont des choses qui arrivent. Montre-moi ta main, je vais y mettre un remède, propose Zablinsk.

 

Nerti tend sa main rougie, et le sage y étale un onguent. Pendant ce temps, le petit Zilner ramasse l'assiette et dispose les morceaux les uns près des autres.

 

Les autres enfants passent au rinçage des murs et une cuisine à nouveau étincelante se révèle. Zilner manipule avec efforts un balai à vapeur pour laver le sol à grande eau, afin que tout redevienne brillant.

 

Le petit Nerti doit se reposer, il l'observe avec envie.

 

  • La journée de travail est terminée, annonce le professeur en ouvrant la fenêtre. Vous avez tous merveilleusement bien officié. Vous ferez des aliens d'intérieur tout à fait honorables. Et les cuisiniers vous seront très reconnaissants, de même que les bibliothécaires. Avez-vous trouvé cela agréable ?

  • Oui, assurent tous les enfants.

  • Et savez-vous pourquoi ? Parce que vous étiez ensemble. Le secret pour rénover un intérieur est de travailler en groupe. Le temps passe plus vite et les travaux les plus pénibles peuvent devenir vraiment agréables. Je suis heureux de vous l'avoir enseigné, c'était le but de cette journée et c'est une journée réussie.

  • Pour nous aussi, ajoute le petit Nerti. Je pourrai enfin aider mon père en cuisine. Je suis juste navré d'avoir brisé cette assiette.

  • Cela n'est qu'apparence, ajoute très posément Zablinsk. Seule la structure apparente a perdu ses liaisons atomiques. En réalité, la mémoire de l'objet, la mémoire de cette forme dans laquelle il a été cuit et moulé est toujours présente. Elle n'attend que l'éclairage de notre foi pour se reconstituer. Car l'objet sait que sous cette forme brisée, il ne nous apportera nul service. L'intelligence originelle de toute chose, le fondement même de la matière est de servir. Cette assiette n'a pas la même conscience de son utilité, de ses possibilités que nous, mais elle aspire à avoir un rôle, à servir. Elle sait au moins cela. Cet exemple est donc très intéressant. Dis-moi, mon cher enfant, crois-tu au pouvoir de l'esprit ?

  • Oui, j'y crois, répondit fermement Nerti, qui avait déjà vu nombre de prodiges.

 

Zablinsk étendit lentement la main et l'assiette se reconstitua parfaitement. Chacun des enfants poussa un murmure admiratif.

 

 

  • Ooh ! C'est exceptionnel ! Seuls les plus grands des sages peuvent agir de la sorte, lança un petit clone au teint rose pâle. Comme vous êtes habile !

  • Vous le serez aussi mes chers enfants. Le pouvoir de l'amour s'écoule en vous et il en surgira très bientôt un don. Vous le verrez. Il est temps pour vous à présent d'aller méditer sur ces très précieux instants que nous venons de vivre, je vous remercie du fond du cœur de m'avoir fait cadeau de vos présences, de vos remarques si emplies de brillance.

 

Les enfants se regroupent autour du sage Zablinsk. Il est l'heure du soir, et donc, chacun d'entre eux eut droit à une douce parole. Pour la première fois, Nerti et Zilner bénéficièrent d'une étreinte. Il se créée des liens inévitablement, sincères et profonds, lorsque l'on fait les choses ensemble et que l'on s'en trouve heureux. C’était aussi l'enseignement de cette journée.

 

 

 

L'amour s'écoule en une rivière infinie. C'était ma pensée en cet instant et elle navigua jusqu'à l'esprit du petit Nerti, lorsqu'il était assis dans la grande salle de méditation, en compagnie de son jeune frère, l'adorable petit Zilner. Tous deux me manquaient beaucoup, mais ce fleuve de l'amour vrai, ininterrompu, s'écoulait entre nous. Je remerciais le petit alien de m'avoir fait don de sa fabuleuse pensée télépathique, en me livrant les très précieux instants de cette journée. Il avait travaillé avec les plus grands du haut institut, parmi eux, le sage Zablinsk, son instructeur principal, auquel il s'attachait peu à peu, comme à un mentor. Tout était pour le mieux, et je me réjouissais grandement de cette belle relation.

 

 

J'ouvris les yeux peu après, et je réalisais que je me trouvais à l'intérieur du petit transport. Mon état d'endormissement était si grand que mes compagnons, me voyant si profondément apaisé, par la connexion télépathique, avaient fait léviter mon corps sans m'éveiller. Je les remerciais par une onde télépathique aimable de leur si douce prévenance. Je me trouvais aux côtés de Zilmis. Notre progression se poursuivait et la chenille avançait à nouveau dans des cavernes offrant une clarté crépusculaire. Une chaleur douillette montait dans l'habitacle, la main de mon ami serrait la mienne et de brillants champs d'énergie nous reliaient entièrement. Nous étions comblés de nous trouver en cette si belle caverne.

 

Erazel nous fixait de même, émue de notre contentement, ses yeux illuminés d'amour. Je sus qu'elle avait été également pleinement traversée par la pensée si pure du petit Nerti et de Zilner. Malgré la distance considérable, les enfants pouvaient communiquer parfaitement avec nous. N'était-ce pas fabuleux ?

 

Je souris à mes compagnons, empli d'une immense félicité. Comme pour répondre à mon allégresse, une cascade d'eau laiteuse se révéla à mes yeux, jaillissant d'une superbe voûte rosée. C'était une eau première !

 

Nous sommes sortis dans la grande caverne de grès rose, pour en remplir plusieurs vases. Puis nous avons bu ce liquide sacré, murmurant des bénédictions et des prières. Un frisson me traversa des pieds à la tête, je me sentis aussitôt habité d'une énergie prodigieuse, brillante, qui semblait comme inépuisable. C'était comme si notre planète nous offrait de renaître une seconde fois à la vie, à sa vie.

 

Entre tous, nous étions bénis de nous trouver en ce lieu. Nous nous sommes étendus pour dormir, les uns près des autres, traversés par une énergie brillante qui nous reliait intégralement, des pieds à la tête, et qui nous fit fusionner entièrement par l'esprit avec toute notre planète. Mon esprit s'échappa en une mer de félicité absolue, un flot d'amour immense m'habita, comme jaillissant de tout l'univers.

 

Je vous salue chers amis de la Terre bleue et espère que pareille communion souriante illumine de plus en plus vos vies précieuses.

 

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article