Le passé est le passé

Publié le par Aurélia LEDOUX

Le passé est le passé

Message de Catherine

 

Me voici pour un autre message de toi à moi.

 

Nous sommes, nous êtres de Lumière du haut plan de l'astral, des âmes, toutes comme vous. Nous sommes ce que vous avez été un jour ou l'autre. Nous sommes aussi ce que nous avons choisi de rayonner un jour sur Terre. Beaucoup de bien s'en vient pour votre monde, par l'énergie du cœur, le rayonnement de cette belle énergie qui balaie tout.

 

Nous sommes à notre niveau extrêmement fiers de tout ce que vous avez accompli et pas seulement par les découvertes, mais aussi par l'action.

 

Vous êtes, vous tous, les hommes de ce temps, à votre niveau, des découvreurs, de chaque chose, de vies, de votre intérieur aussi. Cela fait comme un miroir dans lequel vous regardez, dont vous percevez chaque jour une partie de vous mêmes, qui peu à peu s'agrandit, jusqu'à voir votre reflet en totalité. Nous sommes très heureux de cette profonde transformation qui saisit tout votre monde, bien au delà du miroir des apparences.

 

Les apparences, c'est le fait de s'obliger à faire quelque chose de saluer son voisin par obligation, plutôt que parce que l'on en a envie. De plus en plus, vous vous départissez de ce qui fait vos croyances erronées, vos convictions. Votre personnalité vole en éclats, vous vous rapprochez jour après jour de cet état d'humilité absolu, qui fera que toute l'humanité vous apparaîtra belle et méritante. Même le misérable en train d'éplucher l'intérieur d'une poubelle vous apparaîtra noble, et sans doute bien plus noble que les pantins poudrés qui paradent lors du journal télévisé. Les bonhommes 7 heures du monde ne sont plus, ils n'ont plus de légitimité propre.

 

L'humanité a accompli en son cœur un referendum vers la liberté, vers sa libération entière totale et inconditionnelle. Disons que vous avez de plus en plus à l'esprit, que vous n'avez plus besoin de ces gens là pour vivre.

 

Nous sommes, nous à notre niveau, des êtres qui ne jugeons pas les actions humaines, mais nous sentons à travers vous, toutes les actions qui se trament sur notre monde. Nous sommes au courant de sa bassesse et des sommets de noirceur qu'atteignent des hommes, des femmes, bien trop illusionnés par l'aura de puissance apparente que leur donne leur pouvoir.

 

Nous aimerions dire que beaucoup de ces gens que vous pouviez envier, qui possèdent de vastes fortunes, se sont perdus eux-mêmes. Je n'entends point ainsi par là, que tous peuvent être malhonnêtes. Je veux juste signifier que l'argent, à ce niveau si élevé, éloigne des bonnes choses, de la simplicité, du temps que l'on passe avec ses enfants, en famille, entre amis. L'argent, la fortune, les villas, les palaces, les avions privés, les yachts et les voitures de luxe, tout cela éloigne de l'épanouissement intérieur, spirituel. L'homme a besoin pour être heureux, d'un lieu de vie confortable, c'est certain, mais en accumulant une grande quantité d'objets inutiles, il finit par se perdre lui même dans le méandre de ce qui est important et de ce qui ne l'est pas. Il disperse ses énergies et son évolution se fait plus lentement.

 

Nous vous invitons donc, chers enfants de ce temps, à écarter de votre vie tout ce qui ne revêt pas d'importance, à demeurer dans la simplicité et dans l'écoute du cœur, de ce qui est vrai.

 

Nous vous invitons à cette communion avec la nature, à ce retour aux sources. Car votre planète est là et bien là, elle sera toujours là pour vous, même si vous passez de vie à trépas, vous pourrez garder cette relation de vie avec les arbres, les animaux. Bien sûr, la vie à notre niveau est de nature beaucoup plus éthérique, il circule une immense harmonie entre les animaux, mais ce lien subsiste. Je suis heureuse lors de ma vie terrestre, d'avoir développé cette relation d'amour intense avec tout ce qui vit. Je ne le regrette pas, cela a été un bel apprentissage qui m'a beaucoup servi. Je vous enjoins de faire de même si vous y aspirez.

 

Je goûte maintenant la plénitude des jours heureux, et je fais rejaillir sur tous ceux que j'aime cette douce senteur d'altitude. Je vous adresse toutes mes pensées les plus souriantes, je vous accompagne dans la grâce, ici ou sur l'autre rive. Je vous salue maintenant avec Amour,

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article