L'apprentissage des enfants (3/3)

Publié le par Aurélia LEDOUX

L'apprentissage des enfants (3/3)

Message du professeur Zolmirel

 

Le sage Zablinsk ouvre une porte et ils entrent alors dans une salle de jeux. De tous jeunes enfants courent et bondissent en tous sens. Nerti est abasourdi et à la fois émerveillé. On voit clairement que certains d'entre eux ont reçu des soins, mais ils semblent aller bien mieux.

 

Ils passent dans une autre petite chambre, un tout jeune alien est occupé à lire. L'un de ses bras, tout comme son teint est blanc pâle, et l'autre est légèrement mauve. C'est assez discret, mais néanmoins visible. Le petit Nerti n'a jamais vu ce type d'alien. Le professeur Zablinsk lui parle avec douceur, il remonte sa manche et montre une discrète zone rosée, juste là où il a reçu sa greffe. Il étale un onguent cicatriciel en doses généreuses. Le petit alien le remercie. Ils sortent de la pièce.

 

  • Il est adorable, répond Zablinsk. Il ne s'est même pas plaint une seule fois. Sur son monde, la biologie est peu développée. C'est la première fois que l'on parvient à soigner ce type d'alien, on ne sait pas trop pourquoi son bras est devenu légèrement mauve. Nous avons eu une peine infinie à faire croître ses tissus. On pense à une mutation cellulaire locale spontanée. Sa mère a été soulagée, hélas, elle n'était pas très contente de ce coloris. Nous avons demandé à son fils si cela ne l'indisposait pas trop, mais il était fou de joie de pouvoir de nouveau bouger son bras. Il dit qu'il lui importe peu, et qu'il ne ressent que du bien être depuis sa greffe. Il pourra sortit très bientôt.

     

Le temps passe et ils agissent de même avec d'autres malades, étalant des remèdes, prenant de leurs nouvelles, leur faisant boire des reconstituants. Le professeur Zablinsk montre à Nerti des blessés dont les articulations ont été entièrement reconstituées, notamment les mains, ce qui constitue un exploit.

 

  • Les mains des jeunes enfants sont très difficiles à soigner, explique t-il. Voici pourquoi, beaucoup de petits biologistes sont de jeunes aliens aux doigts minuscules, ils peuvent agir avec une merveilleuse précision.

     

Ils parviennent au réfectoire, et là, le professeur Zablinsk quitte Nerti et Istari. Il est attendu pour donner un cours sur la télépathie.

 

Le petit Nerti et la jeune étudiante vont déjeuner à l'extérieur du bâtiment sur une terrasse. Ils prennent un plateau garni de fruits, de sirops et de beignets et vont s'asseoir à l'ombre d'un grand arbre.

 

  • Cela fait-il longtemps que tu œuvres à ses côtés ? demande Nerti à la jeune Kolal.

  • Oui, environ une dizaine d'années, je rêvais depuis toujours d'être guérisseuse. Le sage Zablinsk est si savant, il connaît les organes internes de la plupart des créatures. Sa spécialité, ce sont les enfants, comme tu l'as vu, mais nous soignons aussi tous ceux qui se présentent à nous, expose Istari avec ferveur.

 

A cet instant, arrive le petit Zilner. Il prend un plateau à son tour et bondit pour les rejoindre, suspendu aux paroles de Nerti qui lui présente la grande Istari.

 

  • C'est ton frère ? fait remarquer l'aimable alien avenante. Vous vous ressemblez.

  • Oui, il est mon frère. Nous sommes proches, mais pas au niveau du caractère, s'amuse Nerti en riant de bon cœur. Je me demande... Que se passe t-il pour ceux que vous ne parvenez pas à soigner ?

  • Eh bien... C'est très dur, mais nous apprenons à l'accepter. Par la prière aussi. Nous participons à des cérémonies avec les familles, nous effectuons beaucoup de prières. Souvent, ceux qui périssent et que nous ne pouvons sauver sont dans un état épouvantable. La mort est une fin bien plus souhaitable pour eux. Nous apprenons à considérer que c'est une fin heureuse, la grande énergie qui anime un corps, choisit de le déserter si le chemin pour accéder à sa reconstruction est trop long, ou si cela représente un effort de guérison trop grand. C'est que leur âme a choisi un nouveau chemin. Mais nous sommes très habiles, nous connaissons fort peu d'échecs depuis plusieurs siècles, notre activité s'est renforcée. Nous parvenons à soigner parfaitement la plupart des lésions cérébrales, nerveuses et aussi des troubles circulatoires.

  • Il se trouve également que sur notre monde, ne poussent et ne se mangent que de très bonnes choses, ajoute le petit Zilner en montrant les plats savoureux qu'il déguste.

  • Oui, cela est un fait déterminant. Certains des hors mondes que nous recevons, ont leur organisme empli de composés impurs, nous devons filtrer tous leurs fluides. C'est un long et patient travail. Cela est indispensable, si nous devons mettre en culture des systèmes cellulaires intacts et non corrompus par une mutation inappropriée ou une vie dangereuse. Nous soignons aussi des animaux de toutes les tailles.

 

Le petit Zilner sourit et suit leur conversation avec bonheur. Il leur parle ensuite de la salle du grand télescope et de sa conversation passionnante avec le sage astronome.

 

Les enfants retournent l'après midi dans la bibliothèque. En soirée, ils entrent dans une grande salle réservée aux étirements, à la méditation et aussi aux projections psychiques.

 

C'est à nouveau le sage Zablinsk qui parle, on entend une très douce musique.

 

  • Aujourd'hui, nous allons travailler à laisser aller nos pensées, à les laisser sortir de nous-mêmes sans les retenir, pour accéder à un état de bien être absolu. Ce bien être est très important. Il vous servira dans toutes les situations lorsque vous deviendrez aspirants navigateurs, ou pilotes.

     

On voit une cinquantaine d'enfants dans la salle. Ils s'étendent sur des tapis, comme le conseille le professeur, pour faciliter cette libération de leur esprit. Tous les enfants sont paisibles et avenants. Ils ont en eux ce mélange de douceur et d'innocence parfaite. Ils en viennent à se détendre profondément, et à atteindre cette état de sereine plénitude, qui leur permet de se sentir pleinement confiants, emplis de joie, et de paix intérieure.

 

Vient le soir, et les enfants se regroupent, Nerti et Zilner rejoignent le sage Zablinsk dans un petit salon avec une dizaine d'autres jeunes aliens.

Le professeur les questionne les uns après les autres. Il leur demande s'ils se sentent bien, si leurs parents ne leur manquent pas trop.

Le petit Zilner dit qu'il aimerait beaucoup être auprès de son père, surtout le soir. Il explique qu'il lui manque beaucoup, mais qu'il est très heureux de se trouver en cet endroit, d'apprendre tant de choses passionnantes.

 

  • Tu reverras ton père bientôt, mon petit, expose le sage. Songe aussi qu'il est avec toi, par l'esprit.

  • Je sais, répond le petit alien, je commence à mieux sentir sa pensée. Je suis aussi heureux de découvrir sa personnalité profonde.

     

La professeur interroge les autres enfants. Il explique qu'ils forment un petit groupe et que chacun doit se soutenir.

 

  • Il est très important que tous se sentent bien ici. Si vous voyez un enfant qui a l'air malheureux, demandez-lui s'il s’est perdu ou si quelque chose ne va pas. Venez immédiatement me prévenir. Nous devons ne faire qu'un et parler de tous les problèmes.

 

Une petite alien explique que des objets dans sa chambre ne cessent de changer de place et que son jeune frère est, selon elle, somnambule. Elle a très peur, car la nuit il se lève et marche dans sa chambre.

 

  • Très bien, expose Zablinsk, tu as bien fait de me le dire. Nous allons discuter avec lui et lui faire prendre un produit apaisant. S'il continue à se lever, nous allons le faire dormir au centre de soins et un guérisseur veillera sur lui.

  • Il y a un alien plus grand qui m'a poussé dans la piscine, dit timidement un autre enfant. Je pense qu'il voulait s'amuser, mais c'était très dangereux, l'eau n'était pas assez chaude pour moi. Si mes amis n'étaient pas arrivés, je n'aurai pas pu nager et j'aurai été complètement engourdi.

  • Pourquoi ne pas l'avoir dit au surveillant des bains ? demande Zablinsk.

  • Le surveillant était occupé avec les enfants qui plongeaient. Il y en a un qui a failli se noyer. Et le reptile plus grand en a profité pour filer.

  • Très bien, tu as bien fait de me prévenir. Cette attitude montre une profonde méconnaissance de l'autre, de ses besoins. Nous allons nous réunir une autre fois, avec cet alien plus grand et nous lui demanderons pourquoi il a agi de la sorte. Toute action a une conséquence. Nous aspirons à ce que vous deveniez les adultes les plus nobles, les plus prévenants et les plus vaillants qui soient. Aucune malveillance n'est tolérable, comme vous le savez bien. Et la malveillance, chez un individu, s'enracine dès son enfance. Si l'on ne fait rien, il développe en lui ce sombre plaisir de domination. Cela peut provenir de son génome. Les instincts reptiliens, de notre peuple, les Denakhs, sont aussi ceux de la domination. Vous, mes chers enfants, avez été au delà, en choisissant de vous incarner sur ce monde, et en vous ouvrant à l'amour, au partage, à la communion stellaire avec les autres peuples. Vous avez appris que l'esprit de domination se traduisait dans la vie en devenant oppresseur ou opprimé. Vous avez appris qu'il existait bien d'autres schémas directeurs, des schémas de vie où tous les êtres sont dans le même bien être, la joie, le partage et l'harmonie. Cet état se nomme la symbiose, c'est un état parfait. Il caractérise ce que toute vie aspire à connaître.

 

Le professeur se tut et chacun médita ses propos. D'autres enfants parlèrent aussi de petits aliens farceurs, qui leur avaient caché tous leurs livres dont ils avaient besoin le lendemain. Il s'agissait de plaisanteries communes entre enfants.

 

  • Il est bon de plaisanter, de s'amuser, exposa Zablinsk, mais il faut toujours le faire avec bienveillance. Alors, dites donc à votre jeune ami où vous avez caché tous ses livres, fit il aux enfants penauds présents dans un autre groupe. En conséquence, demain, vous ferez une activité partagée, pour mieux vous connaître et mieux vous apprécier.

 

La séance se termina, les enfants qui avaient causé quelque tracas aux autres, de manière involontaire ou par manque de prévenance, allaient suivre un cours en plus, destiné à parfaire leur capacité d'empathie, d'entraide et de soutien aux enfants les plus vulnérables.

 

  • Ce soutien passe évidemment par les soins aux blessés. Je vais dire aux étudiants turbulents plus âgés, qu'ils devront demain se rendre en salle de sondage des viscères abdominaux. C'est généralement une très bonne thérapie, assura Zablinsk.

     

Il y eut de longs rires parmi les enfants. Nerti et Zilner allèrent rejoindre leurs chambres pour l'heure du soir. Le petit Nerti médita, il ne voulait pas du tout être guérisseur, même s'il lui plaisait d'apprendre à soigner des blessés. Son rêve était de devenir pilote et il sentait qu'il s'en approchait.

 

 

Le couloir s'étira et se replia, les enfants gagnés par le sommeil l'un après l'autre.

 

J'ai été ravi de vous parler de leurs aventures. Aussi, je vous salue, chers habitants de la Terre bleue. Je reviendrai vous conter la suite de leurs péripéties. Je vous adresse toutes mes plus hautes pensées de joie, d'espoir, pour votre monde montant vers la lumière comme il se doit.

 

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article