Lorsqu'une âme gagne le royaume de l'au-delà

Publié le par Aurélia LEDOUX

Lorsqu'une âme gagne le royaume de l'au-delà

Lorsqu'une âme gagne le royaume de l'au delà, le seul juge de son parcours, c'est elle-même

 

Message de Catherine

 

Je me présente devant vous, et viens humblement vous offrir mes propos de réconfort.

Bénissez ce que vous avez

Il est des personnes sur votre plan, qui ne possèdent rien, ou presque rien, et qui paradoxalement s'en contentent. De telles personnes mènent une vie spirituelle intense, extrêmement active.

 

Nous aimerions exposer à quel point, sur votre monde, le morcellement de la Terre en petits territoires, fragilise d'autant plus l'égalité sociale, et ce, à fortiori, lorsque chaque territoire émergeant est dirigé par des élites corrompues.

 

Il vous faut savoir, que lorsque de telles élites passent dans l'autre monde, leur chemin est bien plus tortueux, difficile, que le vôtre. Ce pour une raison très simple, c'est que pour de nombreux hommes et femmes de pouvoir, l'idée de la mort est insupportable en elle-même. Pour eux, la mort, c'est le néant, car beaucoup ne croient en rien et ont appris à se départir d'un très grand nombre de règles éthiques, justement pour parvenir à mener jusqu'au bout des luttes de pouvoir fratricides.

 

Qui se tient au dessus d'eux, sinon la mort, le Jugement dernier ? Sont-ils fiers de ce qu'ils ont accompli en cette vie, de la manière dont ils l'ont accomplie ? Nous allons dire que non.

 

Car bénir ce que l'on a, c'est bien sûr bénir son corps, sa personnalité, ses choix, ce que l'on est au plus profond de soi. C'est une étape essentielle dans l'évolution de tout individu. Quel est l'homme, la femme de pouvoir, qui peut se retourner, et dire que ses mains sont blanches, qu'il ou elle a toujours fait du mieux qu'elle pouvait, sans jamais se salir les mains, sans jamais tricher, tromper son prochain ?

 

Dans la sphère politique, mouvante et inéluctable, il est de nombreux jeux d'ombres, de règlements de comptes aussi, blanchiments de fonds nombreux, drogues et autres pratiques immorales d'un soir concernant le traitement des femmes et des enfants à travers le monde, que ce soit par l'esclavage monstrueux qui en résulte ou par le travail de forçat qu'ils doivent effectuer. Comment de tels hommes, de telles femmes, ayant connaissance de faits aussi scabreux, dont ils tirent tout le bénéfice pour s'enrichir, peuvent-ils espérer passer la conscience tranquille dans le monde d'après ?

 

Nous aimerions insister sur la gravité de tels actes, qui entachent leur âme, l'alourdissent considérablement. Il existe un lieu de Passage lorsque l'on se rend de vie à trépas, un lieu obligatoire, où les âmes trop lourdes échouent. En ce lieu, elles doivent se départir de leurs anciennes errances, elles doivent s'alléger et aussi, faire preuve d'honnêteté. Mais lorsque leurs crimes sont trop grands, elles n'y parviennent pas...

 

J'aimerai exposer en cet instant qu'il n'est jamais trop tard, que toute âme est une âme de Lumière. Il nous arrive à tous de trébucher, de ne pas êtres tellement fiers de ce que l'on est. En se remettant entièrement entre les mains de la lumière sacrée originelle, on peut alléger un peu le poids de son fardeau.

 

Le propre juge se tient au dedans de vous, la prison se trouve à l'intérieur de vos esprits, envahis de doutes. Le fait de lâcher prise, de se sentir humbles, brillants, illuminés, renforce votre foi en vous mêmes, en l'extérieur, en cet ensemble fastueux et interminable de causalités savamment orchestrées, que vous pouvez en un éclair faire basculer... vers le meilleur.

 

De par sa foi, de par sa croyance, l'être humain peut changer les possibles qui se tiennent devant lui. En entrant de plus en plus dans un état de gratitude, de joie rayonnante profonde, de bien être, il modifie son propre destin, son futur et celui des êtres aimés. De là où je me tiens, dans ce royaume de l'après-vie, de l'après bonheur comme j'aime à le nommer, je puis voir cette loi parfaitement réalisée.

 

 

En ma vie d'autrefois, je pouvais être une femme à l'esprit parfois ô combien étriqué, tortueux et tatillon, accaparant mon attention avec des détails de la vie courante somme toute insignifiants, qui pouvaient en agacer plus d'un. J'étais capricieuse, parfois trop curieuse, envahissante et sans m'en rendre compte, je mettais les autres mal à l'aise. Je réalise quelles ont été mes erreurs. Bien sûr, toute personnalité a ses défauts. Je les réalise pleinement aujourd'hui, car je peux m'y attarder, me voir depuis l'extérieur, à travers le regard d'autrui. Cela m'a fait grandir intérieurement. Je parle ainsi afin que vous compreniez bien que tout être peut, s'il le désire, changer profondément sa manière d'être, pour devenir plus agréable, plus compatissant, plus simple et aussi plus amusant !

 

Oui, car dieu sait à quel point je me compliquais la vie ! Je trouvais à y redire de tout, parfois, on faisait l'impossible pour me plaire, et je n'étais jamais satisfaite, soucieuse exclusivement de ma petite personne, sans accorder d'égards suffisants à mes proches qui se montraient adorables, faisant l'impossible pour me faire oublier ma maladie. J'étais devenue une femme trop sérieuse, trop anxieuse aussi, et c'est ainsi que la maladie me prit, j'avais perdu mes couleurs intérieures, j'étais devenue grise. Les épreuves physiques s'intensifièrent, me transformant en âme grise... Je ne trouvais plus du tout de piment en l'existence, je peinais de plus en plus à m'amuser, j'avais perdu de cette gaieté juvénile, qui me rendait si attachante aux yeux des autres, si pleine de fantaisie.

 

Eux voulaient me soigner, me sauver, ils pensaient à ma guérison, par tous les moyens. Ils étaient incapables de songer à ma disparition, ils ne voyaient que ma vie, se poursuivant sans relâche. L'inéluctable ne faisait pas partie de leurs plans.

Alors que pour moi, devant le regard résigné des médecins, j'entrevoyais une fin certaine, longue, lente, cruelle.

 

Ne comprenez-vous pas ce que j'essaie de formuler ? C'est votre foi, c'est votre croyance en vous-mêmes qui vous fait persister ! Si vous aimez votre corps, si vous prenez soin de lui sans faillir, avec amour, avec dévotion, il vous le rendra. Si vous croyez intensément en votre propre pouvoir d'autoguérison, celui-ci s'activera. Vous en tirerez alors de grands bienfaits.

 

Il existe des cas de guérison spontanés inexpliquées et inexplicables, que la science ne parvient pas à comprendre, ce que vous nommez des miracles. Ils sont l'expression directe de votre foi, en vous-mêmes, ou en un pouvoir spirituel extérieur à vous mêmes. Il existe aussi le jeûne, les cures d'aliments « vivants », comme les fruits et les légumes, qui ont le pouvoir de rétablir le fonctionnement de votre système cellulaire à son plein rendement. Les aliments transformés et pollués par des composés indigestes, comme les additifs alimentaires, les agents de texture, les exhausteurs de goût et les arômes artificiels, perturbent votre système endocrinien interne, puis, au delà, tous les portails d'entrées énergétiques de votre corps, les chakras.

 

Votre corps vous apparaît comme une matière figée, parfois lourde, en tout cas, cela est une idée bien fausse. Votre corps est en réalité composé d'un maillage subtil de réseaux énergétiques, de différents corps de plus en plus subtils, abrités les uns dans les autres. La médecine chinoise et notamment l'acupuncture, décrit très bien quel peut être le premier corps subtil, le corps énergétique, qui est parfaitement rattaché au corps physique par le système nerveux, et qui sert ainsi de réceptacle à la volonté pour le faire bouger.

 

Ce qui est extérieur à vous mêmes, votre volonté, est empli d'une énergie immense. Les chakras du corps organique, sont le moyen de l'animer, de l'alimenter en électricité si vous préférez. Les chakras sont chacun une porte d'entrée pour cette énergie vitale immense, qui permet à votre respiration de s’exercer, à votre système sanguin de pomper le sang, à votre force physique musculaire de mouvoir votre corps, à votre cerveau de s'animer, de formuler des pensées, de les traiter.

 

Comprenez bien ce que j'essaie de vous dire, vous n'êtes pas votre corps physique, mais tellement au delà ! Ce principe qui anime votre corps, que vous l'appeliez âme ou esprit, a accompli un si long voyage !

 

Dès votre arrivée sur Terre, vous choisissez une famille qui est le plus en accord avec vos projets, vos perspectives d'évolution intérieure. Ce ne sera pas forcément la famille avec laquelle vous serez le ou la plus heureuse, mais ce sera celle qui vous permettra d'accomplir les plus formidables bonds en avant. Nous voulons bien sûr ici parler de défis.

 

Les défis à relever, ce sont aussi les séparations, les épreuves de la vie. Pourquoi choisir autant d'épreuves ? La raison en est simple, pour vous renforcer intérieurement, et pour acquérir, au final, un état de grâce quasi permanent, un état d'amour inconditionnel.

 

L'amour inconditionnel, cela signifie que, quelles que soient les épreuves que vous avez vécu, quel que soit ce que l'on vous a infligé, vous êtes parvenus à l'étape finale du pardon. Vous êtes ici, pour beaucoup d'entre vous, au final pour cela, pour apprendre à pardonner et pouvoir aller de l'avant.

 

Le pardon est aussi le moyen de faire la paix avec vos familles passées, parfois les parents, les frères, les sœurs, que vous avez pu côtoyer dans d'autres vies. Ce sont de belles âmes qui viennent se rappeler à vous, qui vous propulsent vers l'avant d'une manière merveilleusement opportune, justement, parce qu'elles viennent implorer votre pardon. Vos enfants ou vos parents, sont souvent d'anciennes âmes, pas toujours, que vous avez déjà côtoyées.

 

Parfois, il se produit une relation brillante, fulgurante et deux âmes qui n'ont aucun point d'appartenance familiale se reconnaissent le moment venu. Ce sont tout simplement deux âmes qui ont déjà voyagé de vie en vie, qui ont accompli un bon bout de chemin ensemble. La connivence est alors instantanée et merveilleuse, sans aucune explication. Je parle bien sûr d'amour, mais aussi d'amitié.

 

Il n'y a alors pas de mot assez fort pour décrire toute la joie merveilleuse que l'on ressent en présence de tels êtres. Ces êtres aimés, précieux entre tous, forment une nouvelle famille de lumière, d'âmes venues s'incarner ensemble sur Terre, à la même période, car cela est beaucoup plus facile, effectivement.

 

Que se passe-t-il ensuite, lorsqu'une âme voyageuse a franchi le dernier cap existentiel, et qu'elle commence son voyage vers l'au delà, vous demandez-vous ?

 

C'est bien simple, pour la plupart des gens, qui ont une âme suffisamment brillante, qui ont emporté avec eux, en leur cœur, tout l'amour qu'ils éprouvaient, le voyage est paisible. Ils retrouvent leur famille de lumière. Ils peuvent gagner un lieu de repos, où des soins leur sont offerts.

 

Les âmes affectées par des traumatismes, la peine, la maladie, sont très affaiblies parfois, elles ont besoin de vos prières, de tout votre amour, afin de gagner le lieu de l'après-vie.

 

Il vous faut bien comprendre que toutes les âmes sont appelées à franchir cette grande porte. Lorsqu'une âme gagne le royaume de l'au delà, le seul juge de son parcours, c'est elle-même. Bien sûr, une personne qui a perpétré le mal en pleine conscience, ne se verra pas offrir les mêmes possibilités de réincarnation que les autres. Bien sûr qu'il y a des lois. Mais il est toujours permis à une âme de changer, de se purifier, et de traverser, vie après vie, la longue et douloureuse expérience de la rédemption. Si une âme obscure aspire sincèrement à changer, elle devra exprimer un remords sincère ou expier ses actes au travers de différentes incarnations.

 

C'est pourquoi, le travail intérieur, la prière, l'expression de l'amour désintéressé, sont très importants. Ils permettent de soutenir ces âmes en peine, de se transformer, leur offrant cette chance de revenir à la maison, guidées par leur nouvelle lumière intérieure.

 

Votre âme à tous, est là pour vous guider. C'est la partie la plus lumineuse de vos êtres, la plus noble, la plus brillante. Elle se tient au dedans de vous et elle est là à chaque instant pour vous guider. Votre âme est directement reliée aux mondes angéliques et archangéliques.

 

Lorsqu'une âme est revenue sur Terre un certain nombre de fois, lorsqu'elle a atteint un niveau d'éclat, de brillance suffisant, son niveau vibratoire est alors très élevé. Cette âme peut revenir sur Terre, sans la nécessité de l'incarnation. Elle peut devenir guide, ou travailleur de lumière dans les royaumes éthérés de la Terre.

 

Il vous faut savoir que les âmes qui arrivent présentement au lieu de repos, sont accueillies dans la plus grande joie. Nous devons les soigner de leurs mémoires affectives, les stabiliser intérieurement. Ensuite, ces âmes vaillantes reçoivent un enseignement spirituel, leur permettant de s'apaiser de se délester de leur mémoires trop lourdes.

 

Il en est fait ainsi pour chaque être. Tout être vivant est aimé, tout arbre, fleur, animal ou être humain, est accueilli comme il se doit dans les hauts royaumes de Lumière.

 

Je vous salue et vous souhaite une resplendissante journée en ce printemps bienvenu qui colore la terre de mille fleurs. Je vous adresse mes plus grandes pensées d'amour.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

 

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article