L'apprentissage des petits aliens (12/14)

Publié le par Aurélia LEDOUX

L'apprentissage des petits aliens (12/14)

Message du Professeur Zolmirel

 

Ce texte est la suite du message suivant, consacré à l'éducation des jeunes enfants sur les mondes de lumière :

 

Je souris. Les cuves étaient très employées, pour recycler l'eau des bains, des cuisines, les résidus de lavage du sol, du mobilier, et des vaisseaux stellaires. Le lavage pouvait être celui des habits, mais le détachage à la vapeur est plutôt employé par chez nous. Les nôtres sont des êtres à sang froid, ce qui fait que nos habits et nous-mêmes demeurons très propres. Il nous est donc moins nécessaire de changer d'habits. En revanche, les jeunes enfants qui aiment à jouer un peu partout, surtout quand il y a de la boue, ont besoin souvent d'être changés.

 

Les cuves de stockage des matières impures comprenaient différents compartiments, avec à chaque fois des circuits menant vers d'autres cuves, plus petites, ou des vases. Lorsque ces vases étaient remplis, nous les déposions sur un convoi en partance vers le complexe de recyclage des déchets. Quelques jours plus tard, le convoi revenait, mettant à notre disposition des bacs abritant l'humus le plus fin, les engrais et les limons les plus exceptionnels pour nos plantations. Ceux qui le souhaitaient passaient commande de ce qui leur manquait pour rénover un équipement par exemple, des tôles ou des tuyaux. Lorsqu'un équipement était endommagé, il était amené en un centre de rénovation. Si un appareil à polir le sol ou à faire briller la vaisselle ne donnait plus signe de vie, nous appelions un expert, par voie de l'esprit.

 

L'expert examinait l'appareil. S'il parvenait à le remettre en route, il recevait en échange un présent de son choix, des aliments, des objets d'art, ou des services. S'il échouait, il était récompensé de même. Il emmenait l'appareil et un livreur revenait dans les deux jours avec un équipement neuf. Cet équipement était conçu suivant la demande de chaque individu, pour s'intégrer parfaitement dans sa cuisine. Tous les équipements produits sur mon monde étaient de composition identique, avec des pièces similaires. Seule la taille pouvait varier, ainsi que les parements, de coloris varié.

 

Lorsqu'avait lieu ce que nous nommons une révolution technologique, tous les appareils fabriqués antérieurement étaient rapatriés, puis modifiés en conséquence, afin de servir au mieux les intérêts de chacun. Un grand nombre d'ingénieurs et d'artisans passionnés élaboraient chaque machine avec amour dans un petit atelier. Il existait beaucoup de robots pour laver les sols dans les navires, par exemple et en des lieux inaccessibles. Ces robots étaient très efficaces et dotés d'une intelligence brillante mais modérée.

 

En notre monde, l'usage du déversement des eaux impures en des circuits avait disparu depuis des éons. Les polluants les plus intenses, comme les lisiers et tout ce qui avait un caractère malodorant étaient enfermés dans des vases ou des containers. Ils passaient obligatoirement dans des installations servant à recueillir les gaz, comme le méthane, l'ammoniac et le soufre.

 

Sur ma planète, la plupart des peuples rejettent des matières essentiellement minérales. Nous régurgitons des pierres, à intervalles réguliers et celles-ci servent directement à amender le sol. Lorsqu'il s'agit plus rarement de cristaux, ces derniers servent à fabriquer des objets d'art. Nous aimons à penser que tout ce qui est produit doit resservir.

 

Aussi, sur votre monde où le corps humain à la faculté merveilleuse de produire de l'engrais organique, nous sommes surpris que ce dernier ne serve pas à amender les sols infertiles. Mais heureusement l'usage de la matière noble contenue dans les déchets organiques commence à se répandre, avec celui notamment des gazogènes.

 

Notre usage du méthane était très important, ce dernier servait encore à alimenter certaines chaufferies. Le méthane, dont la combustion a été autorisée, avec celle de l'hydrogène, ne produit que fort peu de fumées. Le nôtre était apprêté avec le plus grand soin et était pleinement exempt d'impuretés.

 

Les chaufferies en question, sont celles des fours ultra, de démolécularisation de composés ternaires et quaternaires, qui sont recristallisés différemment. Une matrice quaternaire, est complètement indestructible, à priori, et possède en son intérieur un champ de force oscillant microgravitationnel, qui empêche les liaisons atomiques de se fissurer en cas d'impact. De tels fours sont essentiellement employés dans l'espace, pour modifier la matrice cristalline des matériaux dont la séparation est la plus contraignante, comme les blindages de vaisseaux, presque indestructibles, qu'il nous faut parfois remplacer.

 

Nous élaborons en effet des vaisseaux, dont les blindages sont si durs et si inertes, qu'il nous faut des installations spéciales pour les recycler. La combustion du méthane et de l’hydrogène, autoproduite en vase clos, nous permet de modifier certaines structures. Des alliages spéciaux, comme le shanil, le dularium et l'astrocéramique blanche, peuvent ainsi être soudés, ou être fondus.

 

Orel et Dorian qui avaient peu parlé en cette occasion semblaient conquis de cette visite. Il fut l'heure de partir, avec les enfants, nous avons salué la gracieuse Xillia, ainsi que le sage professeur Zablinsk.

 

 

Nous sommes revenus en notre petite tour, les enfants radieux de découvrir de nouveau notre petit paradis. Ils s'en furent jouer sous le verger.

 

Un Dorian heureux me fit part de ses observations.

 

  • Vous êtes arrivés à la limite, me dit-il. Votre découverte de l'alchimie vous a ouvert de nouvelles portes. Cette installation de Mistra est très puissante et les sages qui peuplent votre sol sont habiles à orchestrer les mêmes transformations de la matière, rien qu'avec leur esprit.

  • Je me demande bien comment expliquer un tel prodige, en effet. Mon sage grand-père dirait qu'il s'agit là du miracle de la foi, répondis-je. Les plans et le fonctionnement de ces installations nous sont inconnus. Il ne viendrait pas aux experts l'idée de les demander. Elles permettent de retraiter une quantité infinie de déchets. Mais nous avons consenti avec plaisir à ce que les savants de Mistra viennent pour nous édifier de telles structures. C'est ainsi également, que ce commerce de déchets a prospéré. Les chercheurs ont pu aller nettoyer l'eau de tout un lac et la déverser de nouveau. A présent tout le monde peut s'y baigner. En échange de cette technologie, nous avons mis au point de nouveaux astronefs sur la planète Mistra pour remercier les habitants.

  • Et je suppose que ces derniers ne vous ont point posé de questions non plus ?

  • Un cuisinier aime à préserver le secret de sa recette, dis-je avec amusement. Notre plaisir d'échanger avec les habitants des mondes éclairés est infiniment plus grand, que tout l'usage commercial qui pourrait en découler. Cette installation est très petite, comparée aux collecteurs géants d'immondices installés sur des cités stellaires. Il y est déversé toutes les saletés les plus tenaces ! Les ferrailleurs de l'espace se plaisent à visiter nos installations.

  • Je suis impressionné, émit Dorian. Votre peuple a passé avec succès la barrière de l'avidité. Vos savants ne possèdent à l'esprit nulle cupidité, juste le plaisir de travailler ensemble. Vous avez atteint la barrière métaphysique de la matière, et votre ingénierie est admirable. En notre monde, les vaisseaux lumière sont matérialisés directement par l'esprit à partir du cristal mère de notre planète. Nous courbons la matière et celle-ci se plie instantanément à notre volonté. Nous pouvons faire pousser une ville entière en quelques nuits.

  • Je serai heureux de visiter votre sphère, si vous le permettez, dis-je à Dorian.

  • Ce serait une grande joie. Les vôtres sont déjà invités depuis longtemps par nos pères ! dit-il en riant.

  • Votre monde des Pléiades n'est-il pas plutôt éloigné ? s'enquit le sage Amoni en berçant le petit Zilner.

  • Oh, pour nous, ce n'est qu'un petit voyage. Vous oubliez combien nos croiseurs vont vite ! répondit Dorian.

 

Je souris en éminçant des aromates pour le repas du soir, qui promettait d'être excellent. Zilmis confectionna plusieurs spécialités de sa composition. Les enfants tombaient de sommeil et s'endormirent sur le fauteuil. Leur retour me plongeait dans l'allégresse. Je songeais à ce voyage prochain vers le monde de Dorian en sirotant un élixir de fruits. Tout cela promettait d'être encore plus grandiose.

 

Je vous salue bien affectueusement amis de la Terre bleue. Soyez remerciés de votre grande illumination intérieure face aux nouveaux mondes. Nous sommes vos amis de l'ailleurs et sommes heureux de songer à chacun d'entre vous avec amour.

 

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article