L'apprentissage des petits aliens (3/11)

Publié le par Aurélia LEDOUX

L'apprentissage des petits aliens (3/11)

Message du Professeur Zolmirel (suite)

 

Le lendemain de cette journée si particulière se révéla brumeux, froid et venteux. Point question de sortir. Les grandes pluies, en ma région, pouvaient créer des glissements de terrains facilement, et il n'était point très agréable d'être emporté en un torrent de boue. Même s'il y avait peu d'accidents susceptibles de gravement nous affecter, les nôtres étions très prudents.

 

Je me souvenais avec un sourire de ma jeunesse, durant laquelle la boue m'avait emporté en une glissade interminable à travers la forêt. Nulle crainte n'avait saisi mon cœur, grisé par la vitesse, je tentais à peine de m'agripper à quelque racine. Mon oncle très inquiet m'avait retrouvé dans un marécage au pied de la colline et couvert de boue. Il s'en était vivement plaint à ma mère qui m'avait fait de sévères remontrances.

 

  • Qu'est-il donc arrivé à ton père ? questionna Zilmis en percevant ma pensée. Tu ne parles jamais de lui.

  • Mon père était un chercheur, exposais-je avec embarras. Il était fasciné par le calcul, les mathématiques. Je ne le voyais que très peu, mais il était affectueux, très bon. C'était un alien fort âgé, même si cela ne se voyait pas. Ensuite, il est devenu explorateur. Lorsque je suis devenu plus âgé, il était singulièrement distrait. Ma mère en a éprouvé quelque colère, car elle ne croyait pas aux anciennes légendes.

  • Où est-il à présent ?

  • Il s'est enfoncé dans les cavernes menant au cœur de notre monde, vers le lieu où vivent les Grands êtres de l'intérieur. Là où ne peuvent aller et revenir que les plus nobles cœurs. Il est parti et je ne l'ai jamais revu. Je reçois quelquefois des échos télépathiques. Je pense qu'il est bien là où il se trouve, même si nous lui manquons, dis-je avec émoi.

  • Je comprends, fit Zilmis d'un ton bienveillant. S'il en est ainsi, une occasion se présentera où tu pourras le retrouver.

 

Je souris à mon ami empli de foi, nous nous sommes mis ensuite à l'ouvrage. Il restait des parements à poser sur le vaisseau. Il prenait forme, et ses lignes majestueuses imposaient dorénavant le respect. Zilmis contrôlait l'inclinaison de la voilure avec des appareillages inconnus. Je me réjouis en songeant à son habileté.

 

Peu après, je filais à la cuisine, car le plat que j'avais prévu de cuisiner ce jour demandait à être cuit peu avant le repas. Il s'agissait du gâteau préféré d'Amoni. Je l'enfournais et devisais ensuite avec mon ami Kolal au salon.

 

  • Nerti m'a envoyé une vision bien plus nette, expliqua t-il. Il parvient à se perfectionner. Il m'explique qu'il peut ressentir bien mieux ma pensée.

  • Oui, je pense aussi. Je capte des échos de plus en plus détaillés.

  • Ils ont eu droit à une visite dans un centre de biologie. Des généticiens ont prélevé un peu d'épiderme sur leurs mains et l'ont analysé. Ils leur ont révélé leur lignage. Nerti est un Xerel, et Zilner un Oxalto.

 

Je souris plus largement encore. Je savais que les clones étaient crées avec des souches génétiques bien précises nommées racines. Cela constituait pour ainsi dire des familles. Et bien sûr, l'accident qu'avait subi les enfants avait effacé cette information de leur mémoire. Il existait des centaines et des centaines de familles de clones. Chaque généticien maître, avait des familles de prédilection, il créait surtout un certain type d'individu. Le fait de rendre ce passé aux enfants ne pouvait qu'être une excellente chose.

  • Très bientôt, ils me demanderont s'ils peuvent rencontrer leur créateur, soupira Amoni.

  • Oui, en effet, cette question est normale. Hélas, j'ai bien peur que certains généticiens soient peu intéressés par le fait de rencontrer les dizaines de milliers de clones qu'ils ont engendrés. Alors que d'autres y pensent certainement. Pourra t-on trouver leur créateur de manière certaine ?

  • Oui, fit le sage Amoni. Les enfants ont été prévenus que remonter dans leurs mémoires pouvait les affecter. Dès lors, seules leurs mémoires récentes seront explorées. Lorsqu'ils seront prêts et plus âgés, ils pourront revenir au moment de leur naissance et ils verront comment ils ont été élaborés. Ils verront si le créateur qui les a faits a agi avec amour, ou non. Cela déterminera leur envie de le rencontrer.

  • J'espère que les enfants ont été faits par un être bon. Je pense qu'il doit nécessairement en être ainsi, soupirais-je.

  • Pour Zilner, oui, je pense, son ADN était parfaitement orchestré. Mais celui de Nerti comportait des désordres. Souvent, lorsqu'un généticien créé une lignée de jeunes clones, il place une part de son ADN avant que n'ait lieu la mitose, même si bien sûr, cela est défendu. Il est défendu de perfectionner les encodages des clones. Les généticiens qui agissent de la sorte malgré les interdits sont les plus nobles.

  • J'ai lu que leur ADN comportait parfois, en proportions mineures, de l'ADN de grands penseurs Kolals et Galmols. Les généticiens qui ont mêlé des espèces de la sorte ont parfois eu de gros ennuis, exposais-je

  • Oui, je l'ai lu aussi. Et cela explique bien des choses, assura Amoni. Le fait qu'ils se soient parfaitement acclimatés. Je serai aussi formidablement ravi de connaître l'être qui les a faits.

 

Je méditais ces paroles, certain d'y voir là toute la grandeur d'âme de mon ami, toujours soucieux d'offrir ce qu'il y avait de mieux à ses deux fils. Quel parent aurait pu songer de même ? J'éprouvais moi aussi une franche curiosité concernant l'être qui avait pu engendrer Nerti et Zilner. Je me l'étais toujours représenté de façon obscure et il commençait à prendre forme en mon esprit.

 

J'ai été ravi de délivrer ce message, chers amis de la Terre, et je vous dis à une prochaine fois. Recevez mes meilleures pensées d'amour,

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

 

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article