La vie première

Publié le par Aurélia LEDOUX

La vie première

Message d'Orel

 

Un message d’amour pour tous

 

Voici ce message d’amour, venu tel quel, du tréfonds de la galaxie. Il vous faut bien concevoir, chers habitants de cette Terre, que lors du jaillissement primordial de toute vie, le souffle premier de l’amour divin a conscientisé la matière.

 

Ce souffle a agi à partir du vide. Dans tout vide, existe en infime quantité, un début de chainon de matière, un début d’ordonnancement. En prenant cette fondation, cet ordonnancement premier de la matière à naître, le souffle d’amour de la Source a pu assembler les mondes, les fragments, les corpuscules épars, pour donner naissance à la première étoile, puis ensuite, aux premiers foyers de planètes. Cela s’est fait progressivement, toujours à partir d’un plan déjà contenu en essence.

 

Alors voyez votre vie, voyez votre corps, votre esprit. Ils sont si parfaits, à l’image même de cette création première, dont le souffle vous anime encore, vous fait respirer, vous mouvoir. Ce souffle anime toute vie, il aspire à s’étendre à se déposer toujours plus loin. Vous êtes les foyers de cette vie même, créateurs de vie en dormance.

 

Une part de vous-mêmes s’éveille au merveilleux, à cette possibilité d’une vie dans l’univers, que vous sentez, à travers l’espace et le temps. Vous aspirez à la découvrir, à la connaître et à la côtoyer.

 

Toutes les étincelles de vie dispersées dans tout l’univers aspirent à se réunir de la même manière, tous les peuples, tous les êtres, animaux, plantes, sur tous les mondes. Cela est la loi.

 

Il en a été fait ainsi pour que l’entente règne entre les êtres, les peuples et les différents groupes du vivant. De manière immuable, cette entente, cet amour règne, demeure sur nos mondes baignés de lumière. Cette lumière s’étend jusqu’à vous maintenant, amis de la Terre précieuse. Nous vous invitons à recueillir cette flamme d’amour vrai, à la faire grandir en vous, en chaque être que vous aimez, et à la déposer dans la vie à venir, celle de vos enfants, de vos animaux favoris, celle de vos futurs descendants, vos futurs amis, voisins, connaissances. Nous vous invitons à cultiver cette flamme avec simplicité, avec justesse !!!

 

Que le beau, la joie d’être ensemble inonde tout l’univers !

 

Car être ensemble, réunis alors qu’au dehors tombe la pluie, fait partie de ces joies profondes de l’existence.

 

Nous vous enjoignons de ressentir ce souffle si intense d’amour, qui vient vous rappeler combien nous sommes présents à vos côtés, nous votre famille de lumière, quels que soient les noms que vous nous donnez par vos mythes, vos religions, vos langues et cultures diverses.

 

Je suis Orel du monde d’en haut, en haut par rapport à la Terre. En vérité, il n’en est rien, nos deux mondes s’interpénètrent étroitement. Ce qui a des causes sur mon monde engendre des conséquences dans le vôtre et vice versa.

 

Nous sommes là à présent, à votre niveau. Ressentez tout cet amour immense du Père-Mère venir à vous et vous étreindre de manière parfaite. Et alors, sentez-vous reliés à l’univers, au cosmos, à la moindre étoile, à la plus immense galaxie, et à tous les univers qui vous espèrent et vous aiment.

 

 

Je vous remercie pour la lecture attentive de ce message, pour vos lectures sur internet, dans les livres, et pour les propos que vous échangez entre vous,

 

Très amicalement vôtre,

 

Orel Guide de Lumière

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

La vie première

Publié dans Messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francoise 31/05/2019 22:00

J'ai toujours cru en Dieu , je devrais plutôt dire que j'ai toujours su au plus profond de moi qu il existait.
Je m imaginais (comme j'ai lu quelque part ) un vieux barbu sur un nuage , mais quand les êtres de lumière en parlent , je n arrive pas à lui associer une image et c'est assez déroutant . Désolée si ma réflexion est idiote mais j'ai vraiment du mal à me le représenter ce qui fait que je l imagine être très loin.