Nul ne sert de retenir l’âme

Publié le par Aurélia LEDOUX

Nul ne sert de retenir l’âme

 

Ouvrez-lui la porte

 

Que voici un nouveau message bien émouvant de ma tante, qui répond à nombre de mes interrogations muettes. Elle parle avec son humour habituel. Ce message vient suite à la vue saisissante de plusieurs films et articles sur le monde d’après. Je ne la perçois pas très nettement, tant elle s’est élevée depuis notre dernière conversation, mais c’est bien sa voix. Sa présence est complètement magnifiée, bien loin de la femme que j’ai pu connaître, cela me remplit de joie.

Et combien je la remercie pour éclairer si brillamment ma compréhension. Ce message est pour vous, amis lecteurs.

 

"Quand la mort survient, c’est que le chemin est achevé."

« Oui, quand elle survient, c’est que l’être, l’âme voyageuse a accompli tout son chemin. Tu le sais, toi qui nous lit en cet instant et nous le savons tous.

 

Nous sommes les Êtres du collectif de Lumière, ce collectif suit chaque âme après sa mort.

Car, quand l’âme s’en est allée, c’est que le voyage de vie a trouvé son but.

Quel est le but d’une vie me direz-vous ?

 

Le but est de se trouver soi-même, d’être le plus fidèle à son plan de venue au monde, son plan d’incarnation sur la basse densité.

Lorsqu’un être vient au monde, c’est avec un objectif bien précis, acquérir plus de patience, plus de tolérance, plus de générosité, au final, plus d’Amour pour soi et pour les autres. C’est en étant parfaitement relié à soi-même et aux autres, qu’une âme découvre sa véritable raison d’être, son illumination. C’est en accueillant, en savourant chaque petit instant de sa vie, en étant parfaitement heureuse.

 

Une fois que l’âme a pris la lumière, a acquis suffisamment d’expériences de vie, elle s’en retourne.

Rien ne sert alors de la retenir, de vouloir la forcer à demeurer attachée au plan matériel.

 

Une fois libérée, lors de ce bel envol, l’âme ne souffre plus de manque. Certes, elle aime toujours ses proches avec sincérité, mais cela est plutôt enfoui sous la joie. Le manque affectif, la douleur de la séparation d’avec sa famille d’antan, sont gommées par une immense félicité. Elle découvre une très grande vérité concernant ses proches : « Leur heure n’est pas encore arrivée, et à la fin, nous nous retrouverons tous ».

 

Au lieu d’écrire « ci-gît » sur les tombes, il faudrait écrire, « au final, nous nous retrouverons tous ».

Car c’est bien ainsi qu’il en est. Les âmes ne dorment pas dans les cimetières ! (ni ne font des crêpes, comme certains comiques ont pu l’écrire !) Le temps serait un petit peu long, n’est ce pas ?

 

Nous sommes libres et bien vivants d’aller à notre guise.

Le corps de matière retrouve sa vraie place, au sein des éléments du sol, il s’y fond pour donner le jour à une nouvelle vie, végétale, organique.

L’essence spirituelle du corps survit intégralement au processus de départ de l’âme, de séparation, aussi brutale qu'ait été la mort.

 

Une fois le corps en repos, il n’y a aucune douleur. Le processus ascensionnel de l’âme dans l’autre monde est absolument merveilleux et c’est un voyage inoubliable, un voyage qui permet de transcender absolument toute notion de perte.

Les portes toutes entières du Paradis nous sont ouvertes et nous sommes accueillis par des cris de joie, et une musique… et quelle musique !!!

C’est le début de longues festivités.

 

Oui, nous pouvons vous le dire, c’est comme de revenir à la maison après un long, ou plutôt un très bref séjour sur le plan d’incarnation.

Nous nous ressouvenons de toute notre vie d’avant, en un éclair qui embrasse chaque milliseconde de notre existence, dans son moindre détail.

 

Puis, nous franchissons le seuil, le cœur léger. La lumière, les anges nous accueillent.

Les Êtres de Lumière souriants sont là pour nous épauler, il n’y a pas de mots pour décrire tout l’amour qu’ils nous prodiguent.

 

Ils sont là dévoués, sincères et aimants jusqu’au tréfonds de leur être. Beaucoup d’âmes doivent guérir, il y a beaucoup de larmes de guérison versées au cours de ces processus plus ou moins longs. Nous nous ressouvenons de cet endroit merveilleux où nous avons déjà séjourné autrefois, entre deux vies.

 

Oui, chaque être, quelle que soit sa mort, est intégralement préservé, reconstitué sur le plan de l’après-vie.

Ce haut-plan de l’âme, chacun peut l’atteindre s’il s’en estime digne, s’il le croit possible.

Le fait de croire permet de vivre une nouvelle aventure de reconnexion avec sa famille spirituelle, qui attend de l’autre côté du voile.

 

Ce processus est instantané, notre famille nous voit en permanence, nul humain sur Terre n’est seul, il existe toujours beaucoup d’yeux qui suivent dans le détail ses moindres faits et gestes.

Nous vous le disons, petits de la Terre qui êtes si grands, si vivants et si joyeux de songer à cela, à cette immense continuité. Lorsque nous mourons, nous sommes grandis, nous sommes illuminés du voile brillant de la Connaissance.

 

Son souffle nous traverse et transmute en nous tout ce qui n’a plus à être. Alors, nous comprenons que le Souffle d’Amour de la Source Infinie est partout dans tout l’univers, et qu’il nous baigne en permanence.

En permanence, nous traversons un Océan d’amour vrai, qui ne cesse de s’étendre, nous sommes ses vagues, ses appels à la mansuétude, à l’indulgence, au pardon.

Nous de l’autre côté, les morts qui ont repris vie, vous animons, vous chuchotons, nous prions et murmurons sans cesse à vos âmes, de suivre le meilleur chemin possible.

Vous êtes sans arrêt guidés et encouragés.

 

Nous avons ces étreintes touchantes de votre êtres éthérés, que nous vivons lorsque vous vous déplacez hors du rêve parfois, plus près des petites heures, juste avant votre réveil.

Et vous vous dites, « N’était-ce qu’un rêve ? » .

Bien sûr que non, lorsque vous entrevoyez un disparu dans vos rêves, c’est qu’il ou elle se tient nécessairement près de vous, juste là, en votre esprit à un instant T.

Que nulle crainte ne vous saisisse, car nous sommes amour, nous sommes là pour veiller sur vos pas, nous, tous les êtres de l’après-vie.

 

Vous nous entrevoyez quelquefois comme des anges et il en est bien ainsi à certains égards. Les plus nobles et les plus aimants d’entre nous passent aussitôt dans la dimension supérieure.

Certains n’ont pas cette possibilité et suivent le sentier de la guérison.

Il leur faut oublier beaucoup de choses et se rapprocher au plus près de leur âme.

Ils doivent oublier la rancœur, la colère, la jalousie et l’attachement aux biens de ce monde et aux êtres que certains considèrent comme une propriété.

 

Ils doivent exister par et pour eux-mêmes. Ils doivent réaliser que leur âme est amour et se rattacher à elle de manière plus profonde, ils doivent apprendre peu à peu, qu’ils sont en réalité des êtres d’une grande Lumière, d’une sagesse infinie.

A début, certaines âmes sont un peu déstabilisées par ce qu’elles considèrent comme un grand vide, mais les activités sont nombreuses, et surtout il y a beaucoup d’activités créatrices, de chants, de musique, d’allégresse.

 

Il y a aussi cette joie palpable, cet immense Amour que les âmes s’envoient en permanence les unes aux autres.

Alors, la guérison, la Paix surviennent.

Dès lors, chers êtres, en ce bas monde, vous qui avez perdu un proche, soyez rassurés, soyez apaisés. Je vous dis, moi Catherine de l’après-vie, que cet être a trouvé son chemin.

Votre cœur aimant peut faire cela lorsque vous priez avec amour pour tout proche disparu.

Vous lui ouvrez une nouvelle porte, sur notre plan, et notre plan est de plus en plus proche du vôtre.

Soyez en assurés, soyez en Paix et certains qu’il ou elle peut vous voir,

 

Avec Amour, et avec Joie,"

 

Catherine des Royaumes de l’Après-Vie

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

L'image du Mont Kailash est tirée du site suivant, consacré aux superbes sommets du Tibet :

http://highpeakspureearth.com/2015/%E5%94%AF%E8%89%B2%EF%BC%9A%E5%BD%93%E5%B1%80%E9%99%90%E5%8A%9E%E8%BE%B9%E9%98%B2%E8%AF%81%EF%BC%8C%E7%A6%81%E6%AD%A2%E8%97%8F%E4%BA%BA%E6%9C%9D%E5%9C%A3%E7%A5%9E%E5%B1%B1/?lang=zh-hans

 

 

 

 

 

Publié dans Messages

Commenter cet article