Les colons de Mars,

Publié le par Aurélia LEDOUX

Voici un autre rêve étrange qui se déroule bel et bien sur Mars. Je n'ai bien entendu absolument aucun moyen de savoir si ce que j'ai vu possède un rapport plus ou moins approché de la réalité.

Il existe en ce moment beaucoup de sites qui traitent de certains détails inhabituels présents sur les clichés de Mars, montrant ce qui pourrait être de la végétation par exemple, ou autre chose, et le débat reste évidemment ouvert !

Le lecteur intéressé par de telles recherches, et notamment par ce cliché intriguant de Spirit montrant le panorama Calypso, pourra se pencher sur les sites en question.

Il ne s'agit point, dans cet article, de vouloir argumenter ou réfuter la présence d'éventuelles formes de vie martiennes, ni même une quelconque mission spatiale dont l'existence aurait été cachée du grand public par la NASA.

Je souhaite simplement faire partager à tous ce que j'ai pu entrevoir de la surface de Mars.

Ce qui est sûr, c'est que ce rêve était très profond et bouleversant. Il s'agit d'un très beau monde.

Je m'adresse ici tout particulièrement à celles et ceux qui ont vécu ce type d'expérience. N'hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires !

 

Je me trouve sur Mars une fois de plus et le sol de la planète est clair et rosé. Il ressemble à du basalte et possède la consistance du ciment, ce milieu est très aride et rocailleux. Seules quelques plantes vert olive et noires aux feuilles parcourues de trainées blanches, qui ressemblent à de la végétation désertique, peuplent ce lieu.

 

Il existe également des plantes grises et noires couvertes de poussière et d’épines, des sortes de joubarbes et de cactus gris particulièrement desséchés et ridés. Comme si la planète avait du subir d’un coup une sècheresse intense et que les plantes s’étaient recroquevillées. Des herbes sèches couleur paille poussent également en petit nombre.

 

Il ressort de cet endroit que bien des installations humaines ont été abandonnées. Elles sont rouillées et désaffectées, les vitres fumées sont brisées et la poussière a tout envahi.

 

Un homme noir apparaît, il cherche de maigres récoltes pour survivre. Il est sous-alimenté et doit peiner pour trouver de l’eau. Il faut creuser très profondément, la terre est inculte. Ils parviennent néanmoins à faire croître quelques semis avec grand peine. Cet homme vit dans une sorte de caravane blanc crème, sale et rouillée par endroits. L’habitat est très étroit et en mauvais état. Il ressemble aux installations traditionnellement allouées aux astronautes, métal et technologie apparentes, avec peut-être un peu plus de confort, notamment au niveau du couchage.

 

Cet endroit est sinistre, bien des hommes sont morts en ces lieux (de problèmes pulmonaires notamment des oedèmes). Ils ont du mal à survivre. Ils sont parfois en contact avec le gouvernement.

 

La mission a été un fiasco et envoyer des vivres avec la navette spatiale est trop coûteux. Ils ont donc été abandonnés. Les scientifiques espèrent qu’ils s’adapteront avec les années et que les enfants nés à la gravité martienne seront immunisés face aux problèmes physiologiques.

 

Au départ, il s’agissait d’une mission expérimentale fructueuse, mais depuis les difficultés se sont accumulées.

La NASA ne dispose pas des fonds nécessaires pour entretenir ces hommes et ces femmes. Les plantes des cultures ne croissent pas ou mal, à cause du haut niveau d’ultraviolets. L’organisme humain ne peut digérer les plantes martiennes. Il est devenu impossible de faire revenir ces gens en raison du risque sanitaire et surtout des retombées médiatiques que les gouvernements craignent grandement.

 

Les rescapés ont construit des émetteurs V.H.F. de fortune et veulent entrer en contact avec nous pour crier la vérité. Il y a des hommes sur Mars qui sont prisonniers !

L’organisme humain est durement affecté par la vie sur Mars. L’atmosphère y est raréfiée, et il y a peu d’oxygène. D’autres gaz existent, qui provoquent des hallucinations et des vertiges, mais il est possible de s’y habituer.

 

Ces hommes et ces femmes ont été recrutés parmi les couches sociales pauvres de la population, parfois sans papiers. Ils devaient servir aux premières expérimentations de la vie humaine sur Mars, avec tous les risques qu’elles comportaient. Des bases spacieuses (soviétiques ?) ont été établies sous certaines latitudes avec l’air conditionné et tout le confort. Les scientifiques qui y vivent sont protégés de l’atmosphère et des radiations dangereuses. Ils ne semblent pas ignorer le sort de ces malheureux. Ils ne prennent pas le risque de s’exposer et ne semblent pas être désireux de les secourir. Les effets de l’atmosphère et des ultraviolets sur la santé humaines sont encore mal connus, ils ont donc besoin de davantage de données. Les milliers de kilomètres qui les séparent des cobayes (hémisphères différents) sont donc un bon prétexte.

Il pleut très peu, l’eau ronge le métal et le fait rouiller (pluies acides ?) .

Il fait généralement très froid et très sec, ou très chaud, (-45 +40) il n’existe pas de régulation océanique des températures. La moyenne se situe à -5 degrés vers 10 heures du matin. Comme l’atmosphère est plus fine que sur Terre, des radiations dangereuses apparaissent avec une radioactivité plus élevée (rayons cosmiques ?).

C’est peut-être pour cette raison que des hommes à la peau noire ont été choisis (ils sont entre une vingtaine et une trentaine des rescapés, au départ, je crois qu’ils étaient 64). La sècheresse oblige les gens à rester chez eux, lors des journées où le soleil est au zénith. Les vitres des logements et des caravanes sont très sombres pour bloquer les ultraviolets.

 

Ces explorateurs ont été envoyés sur Mars par les américains dans les années 1970, et aussi avec, je crois, l’aide des soviétiques. Depuis, ils ont eu des enfants et leur nombre a pu augmenter. Il s’agit d’un problème dont les gouvernements ne veulent plus entendre parler. Ils possèdent quelques chenilles dont certaines marchent encore. Ils vivent alors dedans et voyagent pour se procurer de l’eau à la surface de la planète pendant plusieurs jours.

 

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

 

Publié dans Messages oniriques

Commenter cet article